Doris Le May

  • Les mystères de l'Univers n'ont jamais été plus profonds. L'homme servi par une technique de plus en plus élaborée effleure la surface de l'océan de l'inconnaissable, regarde son doigt, constate qu'il est humide et en déduit ce qui se passe dans les abysses. Privé de sa technique élaborée par expériences successives et pas toujours heureuses, l'homme revient aux sources, aux idées simples et celles-ci font malgré tout de lui le plus doué des êtres de la création. Car s'il n'a plus ses aides qui le rendent aussi fat que paresseux, il raisonne, il rêve, il perçoit l'importance de son existence même lorsqu'il n'a plus de repères temporels. Il EST et s'étonne encore d'ÊTRE.

  • Il y eut l'Esper Stellan, contestant l'incompréhensible et recherchant ce qui peut exister au-delà d'une logique faite d'une accumulation de données traditionnelles. Puis l'Equisien Stellan fut confronté à la vérité qu'il voulait découvrir et dut faire face à l'horreur qui le rejeta hors de son monde natal. Et dans les savanes d'Antalie, chevauchant Lan-Ant, il y a maintenant l'homme Stellan, qui prend subitement conscience d'une fantastique réalité et qui voudrait que la sagesse ancestrale des épiornis plie devant sa volonté afin de parvenir à temps au Cercle des Elands... Il croit avoir tout oublié d'Erem, et tout va revenir, va bondir, va jaillir du passé et de l'avenir pour lui rappeler qu'il y eut un ancêtre et que celui-ci sut prédire...

  • Nouvel extrait du Metaxylia, puisé dans la série Paléophysique, voies et échecs. Ce récit illustre que la créature humaine, malgré ses qualités et ses défauts, peut être mise en échec dans sa volonté d'expansion, si en un point quelconque de la trame du temps existe la volonté de créer l'irraisonnable. Si le présent ne respecte pas les lois accumulées par l'expérience du passé, quelle déduction rationnelle peut être faite à partir de phénomènes erratiques ?

  • La Fédération Galactique est puissante et les voies de l'hyperespace reliant entre elles les planètes qui la constituent sont aussi sûres que les routes des mondes fédérés. Pourtant l'un des plus récents astronefs, le « Delta », est arraisonné au cours d'un voyage régulier. La rançon demandée est d'une valeur fantastique. Il s'agit de l'élément le plus dangereux existant dans toute la Galaxie, le sirium, que personne ne peut utiliser sans l'accord du Haut Conseil de la Fédération. Pourtant, cet organisme tout puissant décide que la vie des passagers et de l'équipage du « Delta » représente une valeur encore plus grande et décide de remettre la rançon. Interco, la Centrale de Surveillance, est chargée de la transaction, mais reçoit également la mission de neutraliser les ravisseurs. L'équipe d'enquêteurs chargée de l'affaire possède de nombreux atouts, cependant ceux-ci seront de bien faible utilité quand Jeln Davril, qui la dirige, devra décider de la conduite à tenir, face à un développement totalement imprévisible. Saura-t-il vaincre l'amitié, la Loi Galactique, la pitié et même l'amour pour remplir pleinement la mission telle qu'il la conçoit, lui seul ?

  • Super-Concorde traverse les continents dans le temps relatif que met le métropolitain de la capitale européenne à Joindre deux stations terminales. Les peuples vivent, souffrent, se battent, meurent. La Science continue à préparer ce qu'elle appelle l'avenir, sans tenir compte d'ailleurs des aspirations réelles de ceux qui tentent de fournir une part de bonheur à chacun. L'Homme domine la matière, domine sa biosphère, domine l'espace planétaire et bientôt dominera le temps et, qui sait, peut-être la Vie. Rien ne peut arrêter sa marche en avant. Rien ?... Las !... Une simple péripétie de la marche impavide du globe terrestre accompagnant l'astre central dans sa course autour du coeur galactique remet tout en cause. A peine la Science soi-disant toute puissante permettra-t-elle de donner un espoir de survie. Encore faudra-t-il le courage et le sacrifice d'une poignée d'êtres pour lesquels vivre n'est pas seulement subsister.

  • Il se peut que le contact soit pris, un jour, de la manière suggérée par un excellent humoriste, avec une pompe à essence dont le mutisme catégorique ne fournira aucun élément de satisfaction aux ethnologues extraterrestres venus de fort loin, convenons-en, la consulter. Il peut également être envisagé que le contact soit déjà pris, en toute discrétion, et que l'un de vos voisins de métro, de bistrot, de boulot sinon de dodo ait quelques attaches avec ce que d'aucuns persistent à appeler des petits hommes verts. Avez-vous cependant remarqué, qu'il n'est pas question de petites femmes vertes ? On se demande bien pourquoi, car s'il s'agit d'animaux supérieurs anthropomorphes, ils doivent avoir besoin d'appartenir à deux sexes opposés pour pouvoir se reproduire... encore que nous n'ayons jamais très bien compris ce terme « opposés ». Finalement, si Yonnel Dacquay fut un trousseur de jupons, il fallut qu'il soit confronté à un bien étrange duo de scaphandres spatiaux pour se révéler tel que sut le découvrir Claine, de Deveris.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty