Denis Monette

  • Construite en 1940 à L'Abord-à-Plouffe, cette maison située au bord de l'eau abritera trois familles en vingt ans de résistance. Malgré sa prestance et son accueil, elle n'engendrera que des regrets dans les coeurs de ceux qui auront misé sur ses murs pour être heureux. La famille Nevers, les angoisses du père, l'alcoolisme de la mère, les déboires de Luce, handicapée, l'espoir de Camille dont le bonheur jaillira ailleurs... Puis la famille Charette avec ses désordres, les vices de Mariette, l'homosexualité de Gaétan, la démence de Noëlla... Et la famille Vilard avec la frigidité de Reine, le désarroi de son mari et l'amour de François, l'amant désespéré de la belle dame... Tout cela sous les yeux impuissants de Jérôme Ruest, l'épicier-boucher de l'endroit, de sa soeur Yolande, d'Honoré, le cordonnier, et de mademoiselle Cardinal, l'institutrice qui, proche voisine, verra défiler tous ces gens d'un seul oeil, l'autre étant de verre.

  • Connue pour sa plume, c'est en toute modestie qu'il offre, de l'encre de son coeur, des messages qui nous atteignent parque qu'ils ressemblent. Des thèmes puisés dans l'amour, la famille, les enfants, les hauts et les bas de l'existence. Optimiste tout en étant réaliste, l'auteur suggère sans rien imposer, émet sans rien commander.

  • Le partage du coeur est le quatrième volet des plus beaux billets de Denis Monette et se veut la confirmation de tous les sentiments qui l'habitent. Puisés au coeur du quotidien, au coeur de l'amour et au coeur des événements, ces billets qui nous touchent sans nous brusquer, sans faire chavirer notre existence, nous entraîne dans des réflexions profondes sur les différentes phases de la vie. D'une extrême sensibilité, Denis Monette, dont la réputation n'est plus à faire, se penche avec la même passion et le même amour sur le sort des enfants, sur la solitude des aînés, sur la roue qui tourne sans cesse.Le partage du coeur est un livre de chevet qu'on dépose, qu'on reprend, qu'on marque d'un signet pour ne pas perdre le fil des émotions quand vient le temps de les retrouver. Loin de se targuer d'être philosophe, Denis Monette préfère se voir comme un être humain avec des états d'âme semblables aux vôtres. Un homme dont la maturité suggère sans conseiller, un homme dont la raison d'être est de comprendre, non de juger. Telle est la joie de vivre de ce messager du bonheur qui espère, une fois de plus, avoir semé juste assez de son âme pour récolter quelques brins d'herbe... de votre coeur !

  • Ce recueil renferme les réflexions de l'auteur sur le vécu de chaque jour, l'amour sous toutes ses formes et les événements qui jalonnent la vie. Par le biais de sa plume empreinte de sentiments, Denis Monette espère que ce livre de chevet puisse vous aider à trouver les mots pour atteindre de plein coeur... les sentiers du bonheur.

  • 140 billets, paru dans Le Lundi au cours de six années vous sont offerts pour la première fois sous forme de recueil.

  • À la fin de juillet 2008, trois anciens camarades de collège dans la jeune quarantaine se retrouvent dans le chalet de l'un d'eux, à Sainte-Anne-des-Lacs. Leur but ? Reprendre contact et livrer, chacun à son tour, le récit de leur sinueux cheminement depuis leur amitié au cégep, rompue par des routes divergentes. Confortablement installés pour un week-end de liberté totale, loin de Josée, Marianne et Louise, ils ne s'attendaient toutefois pas à quatre jours de pluie, qui les confineront entre les murs du chalet. Cela permettra à Ronald d'étaler son parcours déraisonnable sans la moindre retenue. Puis, Victor, dit « Le Gros », se livrera dans un témoignage qu'on redoutait terne, mais qui prendra une tournure inattendue. Enfin, David, l'hôte de cette rencontre, les surprendra par des aveux troublants sur son passé, au point de les déranger...L'amitié rapiécée survivra-t-elle à la confrontation, tantôt dure, tantôt touchante, de ces amis d'antan qui se racontent sans pudeur ? À travers les nombreux différends, le cynisme, les affrontements et le choc brutal de ce périlleux voyage dans le temps, les trois amis résisteront-ils à l'épreuve des préjugés, de l'indiscrétion et du scepticisme ?Dans ce roman contemporain, Denis Monette s'attarde à de nouveaux types de personnages afin de plonger dans l'ère actuelle, ne serait-ce que pour remettre en question les valeurs d'une société dite « évoluée ». Quatre jours de pluie : trois hommes livrés au verdict de ceux qui, avant de les absoudre ou de les blâmer,tenteront peut-être de... mieux les cerner.

  • The Bridal Bouquets

    Denis Monette

    Three marriages, three divorces... Can Victoire Desmeules really hope to find happiness in a fourth union? With each toss of the bouquet, she has tried... and failed. Even her only son finds himself cast aside in her desperate quest for love.
     
    Ambitious, career-driven, Victoire sacrifices everything for success, only to lose it all - her youth along with her fortune. From one marriage to the next, her dreams collapse, finally chipping away her sanity in spite of the efforts of her sister Suzelle, to save her. But what is the real cause of her despair? The never ending succession of one-night stands, the need to drown her memories in alcohol, the constant compulsion to love with her body and never with her soul!
     
    Provocative, touching, at times shocking, The Bridal Bouquets is the story of a woman whose cries of anguish evoke compassion even as they repel - a woman whose troubled life may, finally, prove that there are those who were simply not born to be happy.

  • Une moisson de billets qu'on absorbe avec la tête, le coeur, le rêve et la vie. Puisque l'on dit qu'à chaque question il y a une réponse, à chaque problème une solution, ce livre de chevet en deviendra peut-être le bréviaire.

  • Obsédé par une pierre tombale sur laquelle est gravé le nom de Marie Mousseau, Vincent Danin, écrivain à la retraite, sent sa plume renaître. Il veut savoir, écrire son histoire... jusqu'au jour où une dame âgée s'agenouille sur cette tombe pour se recueillir. Mais qui est donc Marie Mousseau ? Qui est cet ange dont la vie a été si brève ?

  • Par un si beau matin

    Denis Monette

    • Logiques
    • 23 Septembre 2010

    Au moment de célébrer leur quarantième anniversaire de mariage, Jeanne et Martial Durelle décident de se séparer, de prendre chacun leur vie en main et de poursuivre leur route l'un sans l'autre plutôt que de mourir d'ennui ensemble. Une décision qui fait réagir leurs enfants, Roger, Carole, Sylvain et Julie, mariés ou vivant en couple. L'aîné jette carrément le blâme sur sa mère, alors que l'autre fils s'efforce en vain d'accepter le fait. L'une des filles n'apprécie guère le geste, mais est gênée de rabrouer ses parents, alors que la plus jeune semble vouloir comprendre sa mère, malgré son chagrin pour son père dont elle est la préférée. En découlent le drame familial, les conséquences de la déchirure, les discordes, les rappels à l'ordre, alors que Jeanne tente tout simplement, mission accomplie auprès de ses enfants, de vivre enfin sa vie. Loin de Martial qu'elle prétend avoir si peu aimé... Et lui, désespéré d'avoir à quitter sa petite maison de la rue Garon, s'en va, indécis, passablement démoli, en dépit d'un semblant de fierté.

  • Les enfants de mathias

    Monette Denis

    • Logiques
    • 21 Septembre 2017

    Montréal, 1930. Mathias Goudreau, trente ans, porte en terre la dépouille de sa femme, Antoinette, décédée prématurément en le laissant avec trois garçons de neuf, sept et deux ans. Que va faire ce pauvre veuf sans sa «?Toinette?», et ses enfants à élever seul?? Ses beaux-parents l'aident, mais ça ne peut continuer ainsi. Mathias doit refaire sa vie. Croisant sur son chemin Maryvonne, une célibataire vivant avec sa vieille mère, il s'y intéresse, quoique le coeur n'y soit pas. Néanmoins, pour le bien-être de ses enfants, il l'épouse l'année suivante et Maryvonne emménage avec lui et ses marmots qui l'accueillent avec réticence. 
     Toutefois, heureuse de son sort, Maryvonne donne naissance à un premier enfant, Danielle, qu'on chérira grandement. Puis, à trois autres enfants : Marie-Jeanne, Raymond et Yvette. Plombier de métier, Mathias surmonte la crise économique et réussit à mettre du pain sur la table. Un autre déménagement, les enfants grandissent, les joies comme les chagrins se succèdent et les déboires se manifestent pour Léo, Gaston, Roger, fils de Toinette, et la couvée de Maryvonne.
    Les Enfants de Mathias, un roman vibrant d'émotion qui touche le coeur et qui nous entraîne, une fois de plus, dans le tracé unique de la plume de l'auteur.

  • Après dix-huit ans de vie à deux, après s'être emparé de ses plus belles années, Jacques Derais se défait soudainement de sa maîtresse pour retourner vers sa femme, Rachel, de laquelle il n'était que séparé depuis toutes ces années. Désemparée, Muriel se retrouve, à quarante-huit ans, chez sa mère qui l'avait pourtant mise en garde contre cet horloger qu'elle avait toujours détesté. Sans ressources, sans le sou, sans avenir, seule avec son enfant dans son désespoir, Muriel revit à travers ses larmes les hauts et les bas de son existence auprès de celui qu'elle avait tant aimé. Fernande, son unique amie qui avait tout fait pour la convaincre de quitter ce vil amant, devient la bouée à laquelle Muriel tente de s'agripper, mais elle devra surmonter seule ses déboires, personne ne peut guère l'aider. La plaindre, la soutenir... Mais que faire de plus ? Livrée à elle-même, la rage au coeur, quel sera son sort désormais ? Cherchera-t-elle à se venger ?



    La Maîtresse de l'horloger, un roman hors de l'ordinaire qui vous captivera du début à la fin.

  • Les delaissees

    Monette Denis

    • Logiques
    • 20 Septembre 2012

    Montréal, Moncton, Toronto et Halifax, quatre villes dans lesquelles, lors de ses déplacements, Ludger Vallin, ex-professeur d'histoire, fera la conquête d'une femme.

    Puis, à deux pas de l'engagement avec chacune d'elles, leur ayant promis mer et monde ainsi qu'un lien plus que durable, c'est l'abandon soudain, brutal, sournois, de la part du prétendant qui s'enfuit tel un lâche. Désemparées, humiliées, meurtries dans leur amour, les délaissées vivront l'une après l'autre le rejet impitoyable de celui qui leur avait fait miroiter le bonheur pour ensuite leur déverser son fi el en plein coeur. Ahuries, désespérées, elles n'ont qu'un mot sur les lèvres : « Pourquoi ? » Une question que Raymonde, Judith, Viviane et Lili-Perle murmurent peut-être à l'oreille du lecteur...

  • Des billets qui se baladent tels des funambules sur le temps, la pensée, la raison, l'amour et les saisons. Une invitation de Denis Monette à partager le fil de ses émotions.

  • La paroissienne

    Monette Denis

    Dans le but de s'évader de son quotidien avec Thérèse, son épouse, dont l'état de santé est très précaire, Rhéaume Bréard se rend chaque jour au parc de son quartier afin d'y nourrir les écureils. Jusqu'en ce matin de septembre 1960 où, par hasard, il fait la connaissance d'une fort jolie femme dans la quarantaine. À sa grande surprise, cette dernière lui avoue être, tout comme lui, une paroissienne, sans qu'il ne l'ait encore vue à l'église. Lucille Voyer, belle et voluptueuse, entame dès lors avec Rhéaume une amitié qui, tout doucement, se transforme en un sentiment plus profond...

  • Narcisse Des Oeillets, jeune médecin de quartier, épouse en 1929 Marguerite Fougère, à cause d'une idée folle surgie lors de leur rencontre : ensemencer un jardin où les fleurs seraient identifiées aux prénoms de leurs enfants à venir. Ainsi se succèdent Rose, Iris, Violette et Jasmin. Déséquilibré, plus horticulteur que médecin, le docteur Des Oeillets élève ses quatre enfants dans une discipline sévère. À l'âge adulte, ces derniers, tour à tour, se rebellent...

    Rose, handicapée, a maille à partir avec ce père dérangé. Iris, au contraire, le manipule au point
    d'en devenir sa « fleur » préférée. Violette le déteste et le défie carrément. Jasmin finit par lui échapper en perpétuant, non sans difficulté, le nom si précieux qu'il porte. Car le docteur Des Oeillets, dans sa démence, a fait jurer à ses filles de ne jamais se marier - et donc perdre leur nom -, sous peine d'être déshéritées. De là, une intrigue peu banale se tisse au rythme de chapitres débordant d'incidents.

  • Abandonné à sa naissance en 1882 et recueilli par la maîtresse de piano du village, Jean-Baptiste Rouet ne profitera que quelques années de sa mère adoptive qui, hélas! décède prématurément. Passant de l'orphelinat à des maisons d'accueil, il subira de multiples déboires. Débardeur à Montréal, il fait la connaissance de Mignonne Turin, fille de notaire, qu'il épousera en 1903 malgré le mépris de son beau-père. Soutenu par l'amour de sa femme et des enfants qui viendront, Baptiste, comme l'appelle Mignonne, tente de trouver sa voie en dépit d'un vice chronique, l'abus de boisson.

  • Ébranlée par la nouvelle de la mort tragique de Sam, désespérée d'avoir à dépendre d'elle-même, Pauline voudrait vivre aux crochets de Jovette, mais cette dernière la somme de se trouver des emplois de servante. D'une maison à l'autre, c'est l'enfer pour elle. Pauline réussit à convaincre sa soeur de la prendre avec elle à Saint-Lin. De là, une autre vie s'amorce: de merveilleuses retrouvailles, un amour, un mariage, une séparation et ce fils dont la belle-mère s'empare...

  • Le rejeton

    Monette Denis

    Élevé par sa grand-mère qui n'en vient pas à bout, André « Dédé » Gaudrin tourne mal. D'autant plus que son père, Ti-Guy, lui manifeste une indifférence totale. L'adolescent qu'il devient se veut forte tête, opportuniste et imbu de lui-même. Il profite des avances des femmes, jeunes et moins jeunes, tout en ne se refusant pas à certains hommes. Troublé, désorienté, il noie son désespoir dans l'alcool, jusqu'au jour où une adorable jeune fille lui offre un doux sourire qui le chavire...

  • Pardonnez-nous, seigneur

    Monette Denis

    • Logiques
    • 24 Septembre 2020

    Francine et Jules, retraités tous les deux, s'habituent à vivre ensemble avec les hauts et les bas que cela comporte. Parents de trois enfants, Marc, Renée et Sophie, ils sont également les grands-parents de six petits-enfants, garçons et filles devenus grands, avec chacun leur façon de vivre que Jules, grand-père bourru et intolérant, accepte peu souvent.Francine a aussi deux soeurs, Nicole et Mariette, l'une excentrique, l'autre effacée, alors que Jules n'a qu'un frère, Claude dit Baquet, qu'il ne fréquente plus.Et pourquoi ce cri du coeur au Seigneur ?Un roman qui vous permettra d'entrer dans l'intimité des familles Drouais et Vadnet qui, au fil des pages, risque de ressembler à la vôtre. De l'amour, de la haine, du mépris, de la tendresse... Une gamme de sentiments bons ou mauvais qui se joue entre ces personnages troublants que l'auteur a si bien su mettre en scène.Pardonnez-nous, Seigneur, un roman comme il ne s'en fait plus !

  • Adele et amelie

    Monette Denis

    Adèle et Amélie sont soeurs. La jalousie, la haine, l'envie s'installent au sein de la famille et poussent l'aînée à entraver la vie de la cadette. Amélie, comblée d'un grand amour, et Adèle, victime de nombreux déboires affectifs, ne trouveront la paix qu'à l'orée de leur âge avancé. Comme si le destin, malgré les tourments, avait voulu qu'elles soient à tout jamais inséparables.

  • L'ermite

    Monette Denis

    Samuel Bourque vit depuis dix ans dans un shack près d'un lac, avec pour seuls voisins un dénommé Piquet et Charlotte, la veuve. Pour Sam, le passé est enterré et, à l'aube de la soixantaine, il n'aspire qu'à la solitude... Jusqu'au jour où, à la demande du curé du village, il accepte d'héberger pour quelques temps Pauline, une robuste fille de vingt ans. Sa présence réveille en cet ermite des passions qui iront jusqu'à l'obsession. Mais si Pauline, servante de métier et rêvant d'un meilleur sort, ne dédaigne pas les faveurs de cet homme encore mâle, elle ne ferme pas pour autant les yeux sur le ténébreux Marcel, un prétendant de trente-six ans, ni sur le sensuel Ti-Guy, un adolescent qui lui permet de savourer pleinement sa jeunesse. De ces écarts surgira le drame. Pauline devient une indésirable dans ce village où les ragots vont bon train.L'histoire se poursuit au gré d'étonnants rebondissements et ne nous laisse reprendre notre souffle qu'à la toute dernière page. Dans cette fresque des années de l'après-guerre, la fougue du romancier s'est abstenue de toute retenue pour donner un saisissant portrait de ses personnages.

  • La veuve du boulanger

    Monette Denis

    • Logiques
    • 17 Septembre 2020

    Gervaise, veuve à vingt-deux ans d'Auguste Mirette, le boulanger du quartier, rencontre par un curieux hasard Nicolas Delval, un avocat de renom, qui s'en éprend dès qu'il l'aperçoit tellement sa beauté le chavire. Empressé, il fait tout pour la revoir. Puis, follement amoureux, il en informe sa famille de Westmount. Ses parents comme ses deux soeurs sont offensés de le voir fréquenter une veuve d'un quartier populaire. Faisant fi de leurs commentaires, Nicolas épouse secrètement Gervaise et tente de l'intégrer au sein de la bourgeoisie dont il fait partie. Mais la jeune femme est mal acceptée par cette famille qui la regarde de haut, surtout Charlotte et Josiane, ses belles-soeurs, qui la méprisent et la rejettent dès son arrivée. Le temps passe, l'amour semble résister à toutes les embûches, jusqu'à ce que le couple en vienne à se détruire. Gervaise, de nouveau seule, s'engage alors dans un chemin qui la conduira elle ne sait où... Dans les bras de Jean-René, le neveu de son mari ? Ou dans ceux d'un autre ? Ce qu'elle ne cherche pourtant pas, se contentant de l'amour de sa propre famille et de son travail pour noyer ses déboires. Mais le destin, une fois de plus, en décide autrement...

    1 autre édition :

  • Un purgatoire

    Monette Denis

    Robert Landreau, 57 ans, reçoit de son médecin un cruel diagnostic. Homme d'affaires prospère, il
    refuse tout traitement, se retire de son entreprise et se réfugie dans sa luxueuse résidence de Vimont.
    Cachant son trouble, il annonce à Solange, son épouse, qu'il souffre de surmenage.
    Seule avec lui, au fil des jours, celle qui s'est tue depuis trente ans déverse peu à peu le fiel de son
    ressentiment sur ce mari qui s'est voulu seul maître à bord de leur vie familiale. Dans sa détresse,
    Solange vide son coeur.
    Souffrant, Robert voudrait lui crier qu'il est à l'agonie, mais il endure la douleur du corps et celle
    de l'âme. Il se replie et maigrit à vue d'oeil, ne sort plus, refuse de voir sa vieille mère, qui se torture
    pour lui.
    Il s'accroche à la vie pour que Solange, qu'il aime encore, ne brise pas le fil de sa revanche. Il
    endure, comme au purgatoire, le mal dont il souffre et la rançon de sa piètre vie. Jusqu'au jour où
    Solange apprend la vérité.

empty