David George Haskell

  • Pendant un an, jour après jour, David Haskell a observé un mètre carré de verdure, niché au beau milieu d'une forêt des Appalaches. Au fil des saisons, le voilà qui scrute le sol à la loupe et, patiemment, ausculte le vivant : les tritons, les mousses, les lucioles... L'espace restreint de sa contemplation, son «mandala», se révèle un monde à part entière, plein de mystères insoupçonnés.
    Décrivant l'infinie ingéniosité des lois de la nature, il interroge la place de l'homme en son coeur, signant un magnifique condensé d'histoire naturelle et de méditation philosophique.

  • Douze arbres mythiques, de l'olivier de Jérusalem au noisetier d'Écosse, du fromager d'Amazonie au pin blanc du Japon, en passant par le sapin baumier d'Ontario et le poirier de Chine à l'angle de la 86e Rue et de Broadway. Chacun à sa façon, ils sont le fruit d'une sagesse millénaire et c'est pour la recueillir que David Haskell, « ce métaphysicien du minuscule » (Sylvain Tesson), est parti à leur rencontre.
    Attentif au moindre bruissement dans la canopée, aux gouttes de pluie heurtant les tiges, au craquement de l'écorce, au suintement de la sève ou au ballet des fourmis coupe-feuilles, David Haskell révèle chemin faisant un monde d'une beauté inouïe. Alliant une écriture somptueuse au savoir du naturaliste, il montre que les arbres forment un immense réseau encore insoupçonné, qui raconte l'histoire de tous les êtres vivants - à commencer par la nôtre.
    Si nous savions les écouter...

  • Douze arbres mythiques, de l'olivier de Jérusalem au noisetier d'Écosse en passant par le sapin baumier d'Ontario et le poirier de Chine. Chacun à sa façon, ils sont porteurs d'une sagesse millénaire. Pour la recueillir, David G. Haskell est parti à leur rencontre.
    Attentif au moindre bruissement dans la canopée, au craquement de l'écorce, au suintement de la sève ou au ballet des fourmis coupe-feuille, Haskell révèle un monde d'une beauté inouïe. Alliant une écriture poétique au savoir du naturaliste, il montre que les arbres forment un immense réseau encore insoupçonné, qui raconte l'histoire de tous les êtres vivants - à commencer par la nôtre.

empty