David Alexandre

  • Le seul livre qui fait le point sur un retour de Mein Kampf et sa haine extrême dans le domaine public, notamment en ligne et explique la force du contre-discours, et d'un label anti-haine original, initié par les auteurs.
    Écrit sous forme de récit, sans jargon, Robert Misrahi nous invite à suivre ses pas dans sa vie de philosophe, vécue comme une vie « d'engagement en philosophie »...

    Ce qu'en dit l'auteur : En rassemblant les principaux résultats de mes écrits, j'accomplis une tâche supplémentaire : je dresse comme un bilan. Le temps vient toujours de faire un bilan de sa vie. Pour moi, ce sera le bilan d'une oeuvre. Que ce bilan ne soit en fait jamais réellement "bouclé", puisque j'ai bien l'intention d'écrire durant tout le temps qu'il me sera possible de le faire, ne signifie pas qu'un regard sur un demi-siècle de production ne puisse dégager des lignes de pensée dominantes et des propositions fermes et constantes.
    Plus précisément encore, ce regard synthétique et rétroactif, ce redéploiement ramassé de ma pensée pourrait valoir comme la validation ultime d'un itinéraire existentiel et d'une oeuvre. Celle-ci révélerait alors dans son unité comme une philosophie pour vivre, c'est-à-dire comme une éthique.

  • Jadis l'enfant terrible du Mexique, il est devenu le nouvel enfant chéri du monde des spiritueux. Le mezcal trône aujourd'hui sur les meilleures tables et bars à cocktails du monde.
    Longueur en bouche du cognac, fumé du whisky, notes aromatiques du gin : l'eau de vie d'agave a séduit les amateurs par sa richesse et sa complexité, consacrant la renaissance du savoir-faire ancestral des maestros mezcaleros.
    Mezcal, l'esprit du Mexique vous propose un voyage inédit et original sur les terres de ce produit d'exception. Secrets de fabrication, conseils de dégustation, recettes de cocktails inédits par les plus grands barmen du monde, sélection des meilleures bouteilles, reportage photo exclusif : un ouvrage de référence sur la boisson emblématique du Mexique.


  • Héros méconnu de la Seconde Guerre mondiale et génie visionnaire - l'inventeur de l'ordinateur, c'est lui -, Alan Turing a révolutionné nos vies. Et il est mort en paria.

    Dans un futur proche. Les transhumanistes ont gagné. L'IA (intelligence artificielle) domine désormais le monde. Mais elle a une obsession : réhabiliter la mémoire de son " père ", le génial mathématicien anglais Alan Turing. Pour cela, il lui faut établir la preuve qu'il ne s'est pas suicidé, comme l'a toujours prétendu la version officielle, mais qu'il a été assassiné. En quête du moindre indice, elle remonte le fil de sa vie...
    En décodant Enigma, la machine de cryptage des forces allemandes, fierté du régime hitlérien sur laquelle les services secrets alliés se cassaient les dents, Alan Turing a largement influé sur le cours de l'histoire. En créant l'ordinateur, il a inventé le futur. Pourtant, ce jeune homosexuel au QI exceptionnel a connu un destin terrible : traité en renégat par sa propre patrie, il est mort d'empoisonnement au cyanure dans des circonstances suspectes en 1954, en pleine guerre froide, peu après avoir accepté la castration chimique pour échapper à la prison. Dans l'Angleterre puritaine et ultraconservatrice de l'après-guerre, influencée par le maccarthysme américain, qui avait intérêt à faire éliminer Turing, l'homme qui en savait trop ?
    Entre histoire, espionnage, science et secrets d'État, un " biopic " mené comme un thriller où l'on croise Churchill, Eisenhower, Hitler, Truman, Staline, les espions de Cambridge, de Gaulle, et jusqu'à l'ombre inquiétante de John Edgar Hoover.

  • Lettres québécoises a eu une bonne idée : nous faire pénétrer dans l'univers de Jimmy Beaulieu, auteur de bandes dessinées autodidacte et passionné originaire de l'Île d'Orléans. Son parcours d'éditeur, d'animateur d'atelier, de commissaire, etc. est aussi riche que son oeuvre éblouit. Cette édition d'hiver nous offre aussi une belle sélection d'oeuvres marquantes des derniers mois, notamment le magnifique Recommencements d'Hélène Dorion, l'angoissant et psychologique Bondrée d'Andrée A. Michaud et le passionnant roman historique Les filles peintes de Cathy Marie Buchanan. À lire aussi : un dossier sur l'état « critique » du métier de critique, un compte-rendu des 12e Correspondances d'Eastman et un article soulignant les 15 ans de l'événement Livres comme l'air.

  • Beginning just before WW1 and continuing into the postwar period, the Canadian Manufacturers' Association mounted a campaign to sell Canadian consumers on the virtues of buying "Made in Canada" goods. Not simply an appeal to patriotism, this campaign had to convince Canadian consumers of the satisfactory quality of such goods - which manufacturers had to deliver the substance of - in an increasingly sophisticated retail and marketing environment. Such an encouragement of the demand side of the producer/consumer equation is an important example of the proactive stance taken by Canadian manufacturers in the early twentieth century to improve their own viability and success. This paper examines the "Made in Canada" campaign as part of a range of business strategies that also included support for scientific industrial research, technical standardization, and vocational education, alongside more traditional anti-competitive policies. The scope of these strategies suggests that the impact of the Second Industrial Revolution was being fully felt in Canada and business leaders recognized the implications of a new political economy in which an unimaginative defence of the protective tariff was no longer adequate.

    Juste avant la Première Guerre mondiale et jusqu'à l'après-guerre, l'Association des manufacturiers canadiens a mené une campagne pour faire valoir aux consommateurs canadiens les avantages d'acheter des produits « fabriqués au Canada ». Au-delà d'un simple cri de ralliement patriotique, cette campagne devait aussi persuader les consommateurs canadiens de la qualité satisfaisante de ces biens dans un univers du détail et de la commercialisation toujours plus complexe, et les manufacturiers devaient être au rendez-vous. Ces efforts de persuasion ciblés du côté de la demande dans l'équation producteur-consommateur constituent un important exemple des mesures actives prises par les manufacturiers canadiens au début du XXe siècle pour améliorer leur viabilité et leur réussite. Le présent article replace la campagne vantant les produits « fabriqués au Canada » dans l'optique d'une série de stratégies d'affaires, qui comprennent aussi le soutien à la recherche scientifique et industrielle, la normalisation technique et la formation professionnelle, ainsi que des politiques anticoncurrentielles plus traditionnelles. La portée de ces stratégies suggère que l'incidence de la seconde révolution industrielle se faisait pleinement sentir au Canada et que les chefs d'entreprise ont eu conscience des répercussions d'une nouvelle économie politique dans laquelle la défense statique des tarifs protectionnistes ne suffisait plus.

  • 24 images explore l'influence du cinéma populaire des années 1980 sur les films d'aujourd'hui dans son numéro d'août-octobre Années 1980 - Laboratoire d'un cinéma populaire. L'objectif est de réévaluer cette période cinématographique singulière reconnue entre autres pour son obsession envers les évolutions technologiques ou la suprématie des synthétiseurs dans ses bandes-son. Il s'agit aussi de tenter de définir l'essence de cette décennie qui, comme le dit Julien Fonfrède responsable du dossier, « alternaient sans complexe le sublime et le grotesque », le divertissement et l'émotion. De plus, deux nouvelles chroniques s'ajoutent, l'une sur les séries où il est question de The Handmaid's Tale adaptée du roman de Margaret Atwood et l'autre sur les liens entre cinéma, jeux vidéos et projets interactifs qui se penche sur le projet de réalité virtuelle d'Alejandro González Iñárritu et le jeu vidéo This War of Mine. Le DVD qui accompagne chaque édition propose cette fois-ci trois films de la cinéaste américaine Jennifer Reeder.

  • Amsterdam 1943...tragic events are about to annihilate the family of little Lion Kleerekoper.
    Traveling from the past, the author brings us to where it all started for him and his family. From before his birth to a time where even life was uncertain. It makes us live fear, rage, courage, and also love during the atrocities of the war. It's a poignant account of realities that should never have come into being.
    The metamorphosis of a child incarcerated and hidden in a concentration camp to a free being: the infant Lion to the adult David-Alexandre.
    It's the transformation of a hidden child into a popular singer.
    How you get there does not define who you are.
    From the devastation of World War II, emerges a child with a song to be heard and a story to tell.

  • This book explores the linkages between Amartya Sen's Capability Approach and participatory forms of development - especially those associated with critical pedagogy and empowerment from the bottom-up. It shows how the capability approach and the participatory movement can complement and reinforce each other helping to ensure that democratic principles are respected and become the foundation for sustainable human development. The Capability Approach provides guiding principles for protecting the transformative roots of participation (safeguarding ownership, accountability and empowerment), while participation delivers vital methods for making the Capability Approach operational. Divided into three overlapping parts that focus on concepts, methods and applications, this work draws on diverse fieldwork experiences to unpack power relations, address adaptive preferences, explore individual and collective agency, consider new partnerships for development, and develop innovative concepts.

empty