Dan Dastier

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • - Mais que se passe-t-il, bon Dieu ? hurla le Délégué général. Qui a provoqué ces explosions ? Il se heurta au silence angoissé des autres Délégués. Apparemment, personne ne comprenait ce qui se passait. - Appelez immédiatement le Centre de Contrôle ! brailla le Délégué général. - Impossible, Monsieur. Les communications RHQ sont totalement brouillées... Des phénomènes qui échappent aux ordinateurs... Les abris antiatomiques sont pris d'assaut... Il y a des changements climatiques aberrants. - On dirait que tout est faussé, lâcha le Délégué européen d'une voix curieusement indifférente. Paris est soumis à une canicule tropicale... - Et il pleut au Sahara, compléta le Délégué africain, sans émotion apparente. Alors, l'enfant blond commença à s'ennuyer. Les explosions des grands soleils rouges ne l'amusaient plus... « Je vais rentrer, songea-t-il. J'en ai assez de ce monde étrange... »

  • La guerre totale vient de signer irrémédiablement le glas de l'humanité. Sous la surface, brûlée à mort par les radiations, les derniers combattants, enterrés dans leurs bunkers inexpugnables, cherchent encore le moyen d'écraser définitivement l'adversaire, alors qu'il n'existe plus la moindre chance de survie pour les hommes, quelle que soit l'issue du combat... Les radiations corrosives ont fait de la surface de la planète un désert brûlant, où rien ne peut subsister, pas même les réalisations passées. Et les Survivants ne sont plus en mesure de procréer... Le dernier espoir : les Bionites, un bond de cinq siècles dans le futur, et une prodigieuse machine, capable, paraît-il, de recréer la vie sur Terre...

  • Il fit un pas sur la plage. Devant lui, la mer se perdait dans des lointains un peu flous, presque brumeux. Ce matin-là, il se sentit enfin profondément heureux. Quelle bonne idée il avait eue de choisir un Eldorado, à Hammamet. Il se rappela ceux d'Agadir et de Cala d'Or à Majorque. La même ambiance joyeuse et bon enfant, la même qualité de vie. Décidément, pour 2 300 francs *, Jet Tours avait bien fait les choses. Au même moment, il sentit le sable bouger près de lui. Il tourna son regard et sourit. Ingrid l'avait rejoint.

  • Quatre hommes et trois femmes, morts cliniquement, disparaissent de différents hôpitaux et se rencontrent, en vie, pour embarquer à bord d'une nef spatiale : ils seront les héritiers d'Antinéa...

  • La sentence avait été prononcée par le Troisième Élu du Conseil des Sages, et elle était applicable immédiatement... Les gardes avaient rassemblé le pitoyable troupeau d'hommes et de femmes qui avaient osé braver les Lois de la Deuxième Dynastie, et ils marchèrent tous vers le grand arc de lumière au-delà duquel existait le monde mort qui serait désormais le leur... Le regard triste du Premier Élu les suivit jusqu'à ce qu'ils disparaissent aux limites d'une dimension qui leur était maintenant interdite. Nul ne pouvait espérer revenir d'Acania, le Monde des Ténèbres... Pourtant, ce fut bien d'un arc de lumière identique que jaillirent dix siècles plus tard les Hordes Sauvages qui devaient sonner le glas de la civilisation zorienne...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Des tueurs frappent, à Ankara, à Istanbul. Ils frappent méthodiquement, avec une sauvagerie impensable, et disparaissent. Nul ne sait qui ils sont, d'où ils viennent, qui les commande. Attentats en pleine rue, bombes, voitures piégées, enlèvements se succèdent sur les rives du Bosphore. Simple terrorisme, ou action concertée ? Pour Frank Warden, agent marginal de la C.I.A., l'un et l'autre sont intimement liés. Surtout quand on songe à l'imposante infrastructure O.T.A.N. en Turquie... Reste à savoir qui allume ces nuits rouges sur le Bosphore ?

  • Pour Franck Warden, l'affaire se résume à peu de chose. Une question... Une simple question : qui a tué Manuela ? Manuela... La seule femme qu'il ait peut-être vraiment aimée. La seule, en tout cas, qu'il aurait pu aimer, s'ils avaient fait, l'un et l'autre, un autre métier. Mais elle est morte, foudroyée par les balles d'un tueur sans visage. Alors, qui ? Un agent de la D.G.I. ? Le S.R. cubain ? Un tueur du K.G.B. ? Le S.R. soviétique ? Ou... un petit malin de la C.I.A., le S.R. auquel appartenait Manuela ? Pour le savoir, Franck Warden boira jusqu'à la dernière goutte son cocktail cubain !

  • Frank Warden reçoit d'abord un passeport au nom de Carlo Attozzi, avec sa propre photo en bonne place. Le tout accompagné d'un chèque du genre musclé et d'un télégramme laconique dont la forme particulière ne laisse planer aucun doute quant à l'origine. Le message lui « conseille » de gagner San Remo, en Italie, et d'attendre... Warden endosse le chèque et gagne San Remo. Et il attend... Quand il se réveillera quelque part en Arabie Saoudite, et qu'on lui proposera un choix étonnant : tuer un cheikh très connu, ou s'inscrire pour la prochaine séance publique d'exécutions capitales, à Riyad, il sera en droit de se demander si on ne le prend pas pour quelqu'un d'autre ! Ou si un certain Machiavel n'a pas soudain décidé de s'amuser un peu à ses dépens !

  • Beyrouth... Rome... Athènes... Hambourg... Pour Kenneth Warwick, ex-résident C.I.A. au Proche-Orient, c'est la cavale, la fuite éperdue devant une meute de tueurs. Il ne peut ignorer qu'il ne sera plus jamais en sécurité, où qu'il aille, à l'Ouest. Il n'est plus qu'un traître, condamné à mort par tous les réseaux de la C.I.A. et d'ailleurs. L'homme qui veut sa peau ne lui laissera aucun répit, et cet homme a le bras long. Tellement long qu'aucun membre de la C.I.A. n'oserait aider Warwick... Pourtant, une jeune femme blonde le préviendra juste à temps, à Beyrouth, et des amis sûrs vont l'aider à Amsterdam. Pour Frank Warden, agent marginal de la C.I.A., le problème est quelque peu différent. Warwick était son ami, et il estime qu'aucun homme ne doit être condamné sans jugement, ce qui lui vaudra de se retrouver très vite aux prises avec la C.I.A., les amis de Warwick et... un ténor soviétique du Renseignement qui verrait très bien le fuyard se réfugier à l'Est ! Sans compter une mystérieuse jeune femme pour qui le double jeu semble être une seconde nature ! Une drôle de « party » pour Frank Warden !

  • L'Ours ? Un général nommé Harold C. Buckler, surnommé irrévérencieusement « Gros Nounours » par ses subalternes. Rien moins que le chef incontesté du Service Action de la C.I.A. ! Incontesté ? Du moins jusqu'au jour où il commet le genre d'erreur qui pardonne rarement à un haut fonctionnaire des services secrets. On peut imaginer de A jusqu'à Z comment se déroulera une prise d'otages en Tunisie, et s'apercevoir tout à coup qu'un adversaire bien renseigné a chamboulé l'alphabet, pour transformer une opération montée de toutes pièces en un drame sanglant aux conséquences imprévisibles. On peut aussi estimer sa carrière irrémédiablement brisée, et réaliser un peu plus tard que des gens comme Frank Warden persistent à croire qu'ils peuvent sauver la peau de l'Ours ! Une peau qu'un monsieur trop ambitieux a peut-être vendue un peu vite ! Et certainement pas assez cher !...

  • Un homme tombe, à Hong Kong, abattu par trois tueurs. Cet homme s'appelait Fred Jackson et, de Hong Kong à Macao en passant par Kowloon, personne n'aurait dû prendre le risque insensé de provoquer la colère de « Mammy Jackson », veuve pour la seconde fois... Parce que toucher un cheveu de Fred Jackson revenait tout simplement à vouloir mettre la colonie britannique à feu et à sang, ce qui n'intéresse personne ! Pourtant quelqu'un a osé donner l'ordre de tuer le frêle petit bonhomme... Et Frank Warden a décidé de savoir pourquoi.

  • Asie du Sud-Est - Janvier 1979. Les divisions vietnamiennes, appuyant des sections de combat du F.U.N.S.K. (Front Uni pour le Salut National du Kampuchéa), prennent d'assaut Phnom Penh, la capitale cambodgienne. Plus au nord, quelque part au Laos, une journaliste française effectuant un reportage sur les nouveaux maquis laotiens, lance un S.O.S., capté à Bangkok par l'antenne locale de la C.I.A. en Thaïlande. Une base vietnamienne au Laos vient d'être réduite à néant en quelques minutes par l'attaque de maquis non identifiés, utilisant pour la première fois une mystérieuse « arme spéciale ». Le bruit commence à courir que ce seraient les U.S.A. qui porteraient la lourde responsabilité des centaines d'innocents civils laotiens qui sont peut-être en train de mourir, contaminés par un terrible poison venu du ciel.... Alors, Frank Warden franchit la frontière entre la Thaïlande et le Laos, avec l'aide d'un commando spécialement entraîné, pour retrouver la journaliste disparue, et tenter de déterminer d'où viennent réellement les mystérieux containers largués sur la base vietnamienne par un avion inconnu.

  • Ils portent de longues robes de soleil, orange ou rouges, et autour du cou le traditionnel mala, le collier aux cent huit grains de bois sombre. Ils viennent de Bali, de Katmandou, de la via Veneto, ou de Beverly Hills. Des intellectuels fatigués, des camés repentis, des routards perdus, des hippies en rupture de communauté, des militants déçus et des filles lasses de leur beauté inutile... Ils marchent peut-être vers leur dernier espoir. Bombay, Poona... Calcutta, Jaynagar... Par milliers, ils marchent vers un petit homme barbu, en robe blanche, qui assure que la libération de l'être passe d'abord par sa propre négation. Ils vont vers la Lumière et la Vérité que détient le maître de l'ashram de Jaynagar. Si Frank Warden leur emboîte le pas, ce n'est que pour retrouver la fille d'un colonel, disparue quelque part dans le delta du Gange, là où s'épanouissent depuis quelques années ces nouvelles sectes qui prétendent sauver le monde en perdition... Warden se laissera prendre aux sons et aux lumières de l'ashram... Il écoutera lui aussi la voix chaude et persuasive du maître Saratchandra Nirala. Mais il saura tirer les conclusions qui s'imposent !

  • L'île se trouve nettement au nord du cercle polaire et, là-haut, c'est déjà l'hiver. On vous demande d'aller récupérer dans cette île quelque chose que les Russes possèdent et qui vous fait sérieusement défaut. Pour corser le menu, il vous faudra entrer dans la peau d'un électronicien de génie qui, lui, sait comment fonctionne exactement un banal poste à transistors, alors que vous, vous n'en avez qu'une idée assez vague ! On vous précise en outre qu'au cas où les Soviétiques se rendraient compte de la supercherie, on ne pourra rien pour vous ! Alors, vous refusez, bien entendu. Frank Warden, lui, accepte ! Dément, non ?

  • C'était avant... Bien avant que Grecs et Turcs n'en viennent à l'affrontement armé à Chypre. À cette époque, on se contentait encore de s'adresser des grimaces menaçantes par-dessus les eaux bleues de la mer Égée. Ce n'était pas la première fois, bien sûr, les motifs de discorde n'ayant jamais manqué entre Athènes et Ankara ! Pourtant, Frank Warden ne se sentait guère plus concerné que le commun des mortels. S'il n'ignorait pas la présence de gisements pétrolifères sous la mer Égée, il ne savait pas encore, par contre, qu'il avait rendez-vous avec une blonde ravissante. À Istanbul... Une blonde qui pouvait fort bien remettre en question l'équilibre des forces dans ce coin du monde !

  • Si vous apprenez un jour qu'il se passe de drôles de choses en Thaïlande, il y a pas mal de chances pour que vous restiez tranquillement chez vous, en attendant un complément d'information ! Et c'est bien naturel. Frank Warden, lui, se rend aussitôt sur place. On peut avoir pris ses distances avec la puissante C.I.A. pour des raisons très personnelles, sans pour autant apprécier une certaine forme d'antiaméricanisme par trop virulent. Et puis, la curiosité, hein ?... Et le goût de l'aventure ?... Des choses qui comptent quand on s'appelle Warden !

  • Février 1974... L'armée bouge en Éthiopie. Des mutineries éclatent en Érythrée, dans le nord du pays, au coeur d'une région où flambe la rébellion du Front de Libération de l'Érythrée. Un homme - un seul - peut encore calmer les esprits... Il se nomme Diaw Razir et il est général... Frank Warden, lui, se demande ce qu'il fait au Kenya, en compagnie d'une ravissante blonde qui émarge occasionnellement au budget du S.D.E.C.E. ! Il ne sait pas encore que le destin lui a fixé un rendez-vous avec le général, quelque part dans les montagnes éthiopiennes, sous un soleil de plomb. Un soleil qu'il n'oubliera pas de si tôt !

  • Quand il croise la route de la belle Karin Schiller et qu'il décide sur un coup de tête de jouer le même jeu que les excités qui veulent une nouvelle fois faire trembler l'Allemagne Fédérale - pour ne pas dire l'Europe dans son ensemble ! - Frank Warden sait qu'il approche le doigt d'un engrenage qui pourrait bien le broyer tout entier... Seulement, en Allemagne, il y a un certain Mikhaïl Valinov, ténor du K.G.B., et certaines personnes voudraient bien savoir ce qu'il y fait ! Le tout est de savoir si on peut encore avoir le temps de retirer son doigt quand l'engrenage en question se met en marche sans crier gare !

  • Isolé au milieu de trois cents réfugiés vietnamiens installés dans un camp sur l'île malaise de Tinggi, un homme essaie d'entrer discrètement en contact avec l'attaché militaire de l'ambassade U.S. de Singapour. Il a rédigé pour cela un message codé, qu'il signe Kitty-Hawk, et qu'il confie à une doctoresse française bénévole luttant en Asie du Sud-Est pour tenter d'apporter un peu de réconfort aux malheureux fuyant le régime communiste. En acceptant de prendre en charge ce message de la dernière chance, Corinne Maillard ignore qu'elle vient de glisser la main dans un engrenage fatal. Elle ne saura jamais qui était « l'homme de Tinggi »... Frank Warden, lui, saura le découvrir, à l'issue d'un séjour très inconfortable dans une cage de bambou, quelque part dans le nord de la Malaisie. Il comprendra alors ce que peut dissimuler la misère d'une humanité perdue...

  • Tout ne devait-il pas se passer selon les prévisions ? Comme toujours ! Les ordinateurs de Langley n'avaient-ils pas déterminé avec une précision diabolique les phases du PLAN, étalé sur plusieurs années ? Ils avaient prévu l'arrestation de Li Pyang, condamné pour déviationnisme, puis la mort de Mao Tse-tung, le changement radical amorcé par son successeur Hua Kuo-feng, et enfin la libération de Li Pyang réhabilité. Ils n'avaient pas été jusqu'à prévoir qu'on leur livrerait Li Pyang sur un plateau, mais presque ! Ils avaient juste oublié de tenir compte d'une ridicule défaillance humaine... Comme toujours !

  • Sur Zoltéra, il y a ceux qui croient qu'avant le Stade Zéro, point origine de la civilisation zoltériane, il n'y avait rien. Pour eux, il n'existait alors qu'une race privée d'intelligence, disponible, dans un état de vie latente. Puis l'étincelle a jailli, marquant le point de départ de la formidable expansion technologique. Un jour, ce prodigieux essor doit conduire le peuple de Zoltéra à ce But Ultime qu'il faut atteindre. Pourquoi ? Nul ne le sait, mais qu'importe ? Ne suffit-il pas d'aller de l'avant, en obéissant aux Lois Immuables qui ont toujours régi la Société Modèle ? Mais sur Zoltéra, il y a aussi les autres... Ceux qui ont changé. On les appelle : les Mutants, les Hérétiques. Ils se sont baptisés eux-mêmes : Adeptes de la Vérité, et ils refusent tout en bloc. Le Stade Zéro, et le But Ultime qui n'est peut-être qu'un piège immonde pour toute une humanité. Tahor Loksen veut comprendre. Et aussi la jolie Tini, et Roi Sharit et les autres. Mais ceux-là ne sonneront-ils pas le glas de ce peuple qu'ils veulent sauver, quand ils provoqueront le premier affrontement armé de l'histoire connue de Zoltéra ? La vérité est peut-être inscrite depuis toujours dans les Univers Successifs ?

  • Des policiers qui tombent, foudroyés en pleine nuit sur une route de Floride... Un mystérieux plongeur sous-marin qui disparaît en abandonnant derrière lui un curieux container, récupéré sous la mer au large des Keys... Un réfugié cubain bien tranquille, qui se met tout à coup à parler de gaz de combat, et de cette femme brune et ravissante qu'il a essayé d'oublier en quittant Cuba... Il parle également d'un camp d'entraînement très spécial, quelque part dans la Sierra Maestra. Un camp qui figure déjà sur certaines photos prises par un avion espion U.S., mais qui est peut-être loin d'avoir livré son véritable secret... Dans la moiteur des nuits cubaines, de La Havane à Trinidad, Frank Warden commence à douter qu'il y ait jamais eu, effectivement, de moisson possible à Guantanamo ou ailleurs !...

empty