Christophe Schaeffer

  • L'approche pluridisciplinaire ou transversale d'un ouvrage portant sur la notion de "réparation" aurait pour objectif de montrer que certaines réponses aux questions les plus urgentes que soulèvent la complexité du monde sont à trouver dans l'interaction productive entre l'écologie et la psychologie. Réfléchir à la réparation, c'est en effet tenter de définir les enjeux d'un futur commun pour la planète et l'individu, penser une responsabilité conjointe et indissociable.

  • Ces douze réflexions, issues de domaines de recherche variés, proposent de penser certains enjeux contemporains du phénomène de la séparation au coeur des sociétés (néo)libérales et industrialisées (divorces, fragmentation politique et sociale, perte de la croyance religieuse, etc.) tout en tentant de dégager le rôle complexe et potentiellement positif de son action.

  • À la veille d'un grand match de rugby que Gareth s'apprête à jouer, son fils Dimitri, âgé de sept ans, lui révèle, au moment de se coucher, qu'il a peur que ses parents se séparent. Face à cette angoisse, Gareth va tenter de le rassurer. C'est alors qu'il parle de son sport, des valeurs fondamentales qui le rendent unique à ses yeux. Insistant sur le sens du collectif, de l'engagement, de la discipline, Gareth, le temps d'une nuit, va révéler ce que le rugby a d'essentiel et de précieux dans l'art de rester lié.

  • Deux chemins qui n'étaient pas forcément destinés à se croiser : Marie-Jeanne Lemal, personne handicapée I.M.C. (infirme moteur cérébral) et Christophe Schaeffer, philosophe.
    Dans une société qui valorise démesurément la volonté, l'hyperactivité et l'idée de choix, n'y aurait-il pas une passivité positive, un art de subir pour réaliser tous les possibles et les potentiels de l'existence ? Mais tout le témoignage de vie de Marie-Jeanne Lemal s'illustre par une formidable résistance à l'encontre de cette passivité, elle qui, par dessus tout, tient à son autonomie chèrement acquise au fil du temps.
    Grâce au dialogue, les protagonistes chemineront ensemble, dans leurs différences, vers ce qu'ils n'auraient sans doute pas pu entrevoir séparément sur le sujet. Cette discussion ouverte et complice débouche alors sur une nouvelle approche de la passivité pour l'un et l'autre.
    La vague et la falaise dévoilent métaphoriquement le paysage de cette étonnante rencontre où le va-et-vient continu de la volonté sur la passivité se manifeste au plus fort de la relation et donc de la vie.
    Un dialogue philosophique autour de la passivité positive, qui invite à la réflexion.
    EXTRAIT
    J'avais dix ans quand j'ai entendu, pour la première fois, ma voix dans un appareil enregistreur. Jusque-là, je n'avais jamais réalisé que je parlais mal. Ce fut un véritable choc ! À l'adolescence, ce sont dans les miroirs, les vitres des magasins que j'ai fait le constat de ma démarche malhabile ou titubante, et surtout bien moche. De là est née la révolte, le « pourquoi moi ? » qui est resté longtemps sans réponse. Mais y en a-t-il une ? Tout au long de ma vie, j'ai fait le constat que l'existence procède de la lutte, elle est pour moi un combat quotidien... Mais c'est aux victoires, et uniquement à celles-ci, que je m'arrête maintenant !
    La semaine dernière vient à moi une dame « valide » qui a, momentanément, un grand plâtre et se traîne sur deux cannes. Je lui souligne sa vaillance et son courage. Voulant certainement me faire plaisir, elle déclare que je suis bien plus courageuse qu'elle et n'en démord pas. J'estime que c'est faux et qu'elle ne me comprend pas. Je ne suis pas courageuse, je n'ai pas le choix, c'est tout ! Il faut bien continuer à vivre comme je suis...
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    De ce livre, nous ne sortons pas indemnes, et les larmes prennent la place des mots, lorsque nous tentons de dire merci aux auteurs. - Yveline Ciazynski, e-litterature.net
    À PROPOS DES AUTEURS
    Christophe Schaeffer est philosophe (docteur). Il s'attache depuis plusieurs années à défendre une philosophie qui, dans la rencontre et la confrontation, propose, par delà les concepts et les systèmes de pensées clos sur eux-mêmes, une autre manière de réfléchir sur le monde. Dans cette voie, il a publié plusieurs livres et a notamment fondé le Collectif-REOS, qui comprend une cinquantaine d'auteurs - chercheurs, artistes, écrivains... -, valorisant la pluridisciplinarité et la créativité des personnes.
    Née en 1940, Marie-Jeanne Lemal est de nationalité belge. À partir de 1980 : activité de militante dans de nombreuses associations pour la défense et le bien-être des personnes handicapées physiques (ACIH, Handicap Physique et Logement, AVJ Liège) : administrateur dans ces associations et plusieurs autres. Témoignages et conférences dans les écoles et groupes d'adultes concernant les problèmes et les réussites de la personne handicapée physique. Participation à différents colloques, séminaires, etc.
    Auteur d'articles dans des revues spécialisées. En 2003, publication aux éditions Luc Pire à Bruxelles d'un livre autobiographique, Mon cri fut silence, illustré par François Walthéry.

  • La chute de l'Homme et la descente aux enfers - pour rester dans le contexte mythique d'Orphée et Eurydice - fait jaillir le mystère du déchirement et de la séparation dans tous ses états. Que faut-il entendre par "séparation" ? Si le champ que ce terme désigne est relativement aisé à percevoir, il est beaucoup moins simple d'en déterminer les limites. D'un auteur à l'autre, d'une pensée à l'autre, celles-ci subissent de notables déplacements. En étudiant la place que la séparation tient dans la littérature et l'importance qui lui est accordée au regard d'une variété de figures et d'expressions, ce livre se propose de saisir les raisons et les enjeux de ces déplacements.

empty