Septentrion

  • En flânant dans les ports et aux abords des navires, en marchandant avec un négociant en vins, en s'attablant dans un cabaret aux côtés d'ouvriers, en s'immisçant dans une soirée de la noblesse coloniale, en visitant un village amérindien, Catherine Ferland reconstitue toute la chaîne de consommation de l'alcool en Nouvelle-France. Elle aborde la production et l'importation des boissons alcooliques, la manière dont elles se distribuent géographiquement et socialement dans la colonie et termine par l'ivresse. Que peut-on retenir de cette incursion dans les XVIIe et XVIIIe siècles canadiens? Quelles sont les continuités dans les manières de boire, de France à Nouvelle-France?

    «Bacchus en Canada s'avère une contribution marquante et extrêmement originale aux connaissances dans le domaine. À partir d'un très large corpus de sources manuscrites, imprimées et matérielles, et s'inspirant des travaux d'anthropologues et d'historiens américains et français, Catherine Ferland livre une histoire interculturelle, c'est-à-dire une histoire qui permet de suivre le parcours de cette substance psychotrope d'une culture à une autre. Cet ouvrage novateur marquera autant l'historiographie de la Nouvelle-France que celle du monde atlantique français et l'ethnohistoire nord-américaine.» Laurier Turgeon Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en patrimoine ethnologique Directeur de l'Institut du patrimoine culturel. CELAT, Université Laval Catherine Ferland est historienne, professeure associée au Département d'histoire de l'Université de Sherbrooke et membre de l'équipe de l'Encyclopédie du patrimoine culturel de l'Amérique française. Elle a notamment dirigé l'ouvrage collectif Tabac et fumées. Regards multidisciplinaires et indisciplinés sur le tabagisme, XVe-XXe siècles (Presses de l'Université Laval, 2007) et a traduit un ouvrage marquant de David T. Courtwright, paru en français sous le titre De passion à poison. Les drogues et la construction du monde moderne (Presses de l'Université Laval, 2008).

  • Québec, le 15 avril 1763. Marie-Josephte Corriveau est reconnue coupable du meurtre de son mari et condamnée à mort par pendaison. Son corps encagé est exposé à une populaire croisée des chemins à Pointe-Lévy. Celle qu'on appellera désormais « la Corriveau » va, bien involontairement, entrer dans l'histoire... et la légende. La Corriveau est un personnage fascinant qui hante la mémoire ­collective québécoise depuis des générations. Basée sur un fait judiciaire à la tournure tragique, l'histoire de Marie-Josephte Corriveau a été reprise et progressivement déformée jusqu'à devenir l'une des plus célèbres légendes du Québec, au point où il devient difficile de départager le vrai du faux. Pour le meurtre de combien de maris a-t-elle été condamnée ? A-t-elle été placée vivante ou morte dans cette sinistre cage de fer à une intersection passante de la Côte-du-Sud ? D'où proviennent les allégations de sorcellerie qui entacheront bientôt sa mémoire ?

    Catherine Ferland et Dave Corriveau se sont livrés à une minutieuse enquête pour rétablir la véritable histoire de Marie-Josephte Corriveau, mais ils se sont aussi attachés à retracer la trajectoire de la légende elle-même, ainsi que ses nombreux parcours dans la culture populaire à travers les arts et la littérature, jusqu'à nos jours.

    Catherine Ferland est historienne, conférencière et professeure associée au Département d'histoire de l'Université de Sherbrooke. Elle a écrit, dirigé ou codirigé plusieurs livres dont Femmes, cultures et pouvoir. Relectures de l'histoire au féminin (PUL, 2011), Bacchus en Canada (Septentrion, 2010) et Tabac & fumées. Regards multidisciplinaires et indisciplinés sur le tabagisme, xve-xxe siècles (PUL, 2007).

    Formé à l'Université Laval en histoire et en sociologie, Dave Corriveau est un passionné du passé québécois sous toutes ses formes. Ce Beauceron d'origine, employé dans la fonction publique depuis 2008, a publié un article sur l'histoire des petits gâteaux Vachon dans l'Encyclopédie du patrimoine culturel de l'Amérique française. Cet ouvrage est sa première publication d'envergure et l'occasion pour lui de contribuer à démystifier une légende qui hante sa famille depuis 250 ans.

  • Fondée en 1905, la biscuiterie François Leclerc est inextricablement liée à l'histoire du Québec, dont elle épouse et reflète les évolutions. Pour rivaliser avec une concur­rence féroce, pour surmonter tour à tour des incendies, des guerres mondiales et des crises économiques, pour saisir les occasions offertes par la mécanisation, ­l'essor des ­médias publicitaires et les développements informatiques, les générations successives de la famille Leclerc ont dû redoubler d'ingéniosité et de persévérance. Qu'est-ce qui explique cette histoire de succès? Quels furent les choix, les écueils et les bons coups? Quelles leçons tirer de cette expérience plus que centenaire?

    Généreusement illustré, ce livre vise à présenter au grand public la trajectoire fascinante des Biscuits Leclerc. Depuis de modestes débuts dans la basse-ville de Québec jusqu'à l'impressionnant déploiement nord-américain, le lecteur découvrira les stratégies et les valeurs qui ont fait de cette biscuiterie un joueur majeur de la scène agroalimentaire et l'un des plus savoureux fleurons du Québec Inc.!

    Catherine Ferland est historienne professionnelle, conférencière et spécialiste en histoire culturelle du Québec. Depuis 2003, elle a écrit ou dirigé de nombreux ouvrages, manuels, rapports, articles spécialisés et textes grand public, en plus de contribuer régulièrement à Radio-Canada, au Devoir et à MAtv. Elle est présidente des Services Vita Hominis et fondatrice des Rendez-vous d'histoire de Québec.

empty