Les Éditions Cap-aux-Diamants inc.

  • C'est aux paradis artificiels et autres substances « illicites » que se consacre le numéro du printemps de la revue Cap-aux-Diamants. Tabac, alcool, marijuana, LSD, de la Nouvelle-France aux années 1970, ce numéro propose plusieurs articles abordant un aspect ou un autre de ces substances visant à altérer les sens. Catherine Ferland propose quelques histoires autour du tabac en Nouvelle-France. Samuel Heine nous entraîne dans les fumeries d'opium et à la rencontre de la communauté sino-montréalaise au XXe siècle. Prohibition ou tempérance ? Yannick Cormier revient sur le référendum du 10 avril 1919. Guy Morin effectue un voyage dans le Québec psychédélique, et François Droüin nous informe sur la commission Le Dain qui, dans les années 1970, étudiait déjà la possibilité de décriminaliser le cannabis. Enfin, Marc-André Brouillard discute de la revue Mainmise, publiée entre 1970 et 1978, véhicule de la contre-culture québécoise de l'époque.

  • Le numéro printanier de la revue Cap-aux-Diamants propose un dossier thématique sur la déviance et la marginalité au féminin. Étudier la déviance, c'est jeter un oeil sur les comportements qui dérogent à la norme. Dans ce cas, il s'agit d'étudier l'inacceptable féminin à une époque donnée, de porter un regard sur les pouvoirs auxquels les femmes furent astreintes. Le numéro s'ouvre sur un article sur les cabaretières et le « boire féminin ». Il se poursuit avec un texte sur le rôle des femmes dans les charivaris au XVIIIe et XIXe siècle. Il est ensuite question de l'attitude de l'Église catholique envers le concubinage à travers le cas d'une « presque veuve » et d'infanticides comme moyen de régulation des naissances dans la première moitié du XIXe siècle, à Montréal. Les articles suivants portent sur les femmes en institution psychiatrique, la critique de romans écrits par des femmes et contenant des éléments subversifs, puis de la prison des femmes de Québec entre le début des années 1930 et le début des années 1970.

empty