Alexander Reford

  • Ce printemps, le Magazine Gaspésie vous propose un numéro sous le thème de l'ordre et du désordre. C'est que l'histoire du district judiciaire de Gaspé est riche et que les archives regorgent de trésors. Découvrez sous quelle couverture s'opérait la traite de fourrure illicite, et comment certains détenus se sont évadés de la prison de Percé. Apprenez-en plus sur les causes de mortalité, parfois surprenantes, dans la deuxième moitié du 19e siècle. Vous saurez tout de l'affaire Albéric Taupier en 1930 et du meurtre d'Arnold Morgan par l'influent Kingsley Carter, dont les rumeurs ont persisté à le lier à un drame passionnel. Enfin, une histoire digne d'Hollywood avec l'assassinat de Stanford White en 1906 qui relie les personnages au Ristigouche Salmon Club. Jouez au détective et découvrez les méthodes d'enquêtes de l'époque, les rouages de la justice et les divers corps de métier ! (source: Magazine Gaspésie)

  • Le numéro août-novembre du Magazine Gaspésie consacre un dossier aux artistes de la péninsule gaspésienne. Qu'ils en soient natifs ou qu'ils soient tombés sous son charme lors d'un séjour, bien des artistes ont de la Gaspésie fait leur muse. La revue vous invite à la rencontre de plusieurs d'entre eux, photographe, poète, artiste visuel, musicien ou tout à la fois. Elle vous convie à la découverte de leurs oeuvres et de leurs inspirations. Rencontrez Elmina Lefebvre, Françoise Bujold, Blanche Lamontagne, Thomas Fenwick, Paul Strand, Claude Rioux, Paul Almond, Jean-Robert Drouillard, la troupe du Bon Vieux Temps menée par Mme Édouard Bolduc, Manuel Brault, les groupes Quimorucru et The Gaspé Project et les scènes gaspésiennes de Lawren Harris du Groupe des Sept. Dans la rubrique Nos objets, retrouvez le standard téléphonique de l'Auberge Caribou, dans la rubrique Nos personnages, Napoléon Lelièvre, pêcheur, puis marchand et dans la rubrique Nos Gaspésiennes, la comédienne Nicole Leblanc.

  • C'est de tourisme dont il est question dans le plus récent numéro de Magazine Gaspésie. Avec ses paysages grandioses baignés par la mer, la région a toujours exercé un attrait chez ceux qui la visitent. Les premiers touristes issus de l'élite politique et financière y viennent à compter du milieu du 19e siècle. Mais ce n'est qu'une fois la ceinture routière complétée, en 1929, que la Gaspésie devient une destination touristique populaire. Les adeptes de l'automobile, influencés par la publicité gouvernementale, s'aventurent en pays pittoresque et viennent faire ce qui deviendra avec le temps le légendaire Tour de la Gaspésie. On le fait également à pied ou en vélo, pour le travail ou en famille. Aussi, allez à la rencontre des Gaspésien.ne.s Joseph Sasseville-Roy, Willie Tapp et Jeanne Bourque et découvrez Eugénie Lalonde-Ranger, fondatrice du premier musée de Percé, qui de touriste, deviendra collectionneuse.

  • Nos faiseurs de bateaux, le numéro de août-novembre du Magazine Gaspésie, rend hommage à ces hommes, pour la plupart, qui en bâtissant des bateaux, permirent la pêche et le transport à une époque où les routes n'existaient pas encore dans cette région bordée par la mer. Nombreux furent ceux qui développèrent une expertise de pointe qu'ils transmirent ensuite de génération en génération, bien que désormais plusieurs techniques de fabrication se soient perdues au fil du temps. L'espace d'un numéro, découvrez ou revivez l'histoire de la Gaspésienne n° 20, des goélettes et flates de Carleton, des chantiers navals et celles, entre autres, du charpentier George Fallu et de Stanley Doucette « tout un constructeur de bateaux ».

empty