Alain Tarrius

  • Chaque année plus nombreux, des étrangers de passage, des migrants, se mêlent aux habitants de quartiers pauvres de nos villes. Ils circulent avec des titres de tourisme. Dans cette course sans fin, ils font des commerces les plus divers qu'ils vendent aux pauvres des quartiers pauvres. Cette mondialisation par le bas du poor to poor, pour les pauvres par les pauvres, est une extraordinaire soupape d'économie parallèle, trop souvent inconnue. Le fétichisme de la marchandise inhérent à la globalisation des économies libérales leur offre le rôle d'entrepreneurs commerciaux nomades et cosmopolites à travers les enclaves urbaines ethniques de leurs circulations, suggérant les contours de peuples trans­européens sans nation. Surtout, cette mondialisation structure des appartenances souvent communautaires, ethniques, religieuses, passant de communautés immigrées en communautés immi­grées. Une enquête documentée, passionnante et nécessaire.

  • Suivant une tradition méditerranéenne millénaire, et sans qu'on y prenne garde, un comptoir commercial « colonial » a pris forme à Marseille ces dernières années. L'événement s'est produit dans le quartier de Belsunce, centre historique d'accueil des immigrants venus des mondes pauvres ou en conflits tout au long de ce siècle. À la différence des anciens comptoirs coloniaux, ce dispositif, qui s'appuie sur les différentiels de richesse entre pays, contribue à l'enrichissement de tous les maillons de son réseau. Il prend place dans une organisation mondiale de l'économie souterraine. Il invente une économie transfrontalière qui bouleverse les desseins des États, du Nord comme du Sud, et leurs hiérarchies rigides. Loin des fondamentalismes, Tunisiens, Marocains, Algériens, Polonais, Turcs, Libyens, Africains se croisent en d'incessants échanges civilisationnels dans cet espace de l'honneur et de la parole donnée. Peu sensibles aux rêves républicains d'une intégration française, ces communautés d'hommes et de femmes actifs interrogent radicalement notre conception de la citoyenneté.

  • Cet essai nous plonge dans des mondes méconnus, celui des Gitans de Perpignan, des commerçants africains de Marseille, des sidérurgistes lorrains en Provence... mais aussi celui des élites professionnelles internationales. Alain Tarrius, qui se consacre depuis des années à la découverte de ces populations dites marginales, montre avec brio qu'elles ont construit un monde à part, international, efficace, qui mène à un renouveau des cosmopolitismes dans les villes européennes sous l'effet de la mondialisation. Il analyse comment ces populations développent dorénavant des capacités de métissages sociaux, culturels et économiques insolites, éloignées des formes classiques de l'intégration, dans une cohésion apparemment paradoxale qui échappe aux logiques de fonctionnement des États-nations, mais rejoint des pratiques planétaires de la nouvelle économie. L'ouvrage est conçu comme un dialogue entre exposés didactiques de travaux de terrain et propositions théoriques : économies de l'officialité, économies souterraines, de produits d'usage licites ou de drogues, trajectoires individuelles, destins collectifs, s'articulent dans les quartiers de grandes villes et le long des espaces qui les relient, afin de produire de nouvelles formes sociales cosmopolites impensables voici peu encore. Pour le lecteur aussi, le dépaysement et le voyage sont de la partie...

  • Des millions de gens circulent avec des titres touristiques pour effectuer leurs activités criminelles d'un pays à l'autre. Prostituées saisonnières suivant les flux touristiques ou échangeant «

  • Ce livre est un dialogue entre Jean-Paul Alduy, sénateur-maire de Perpignan, ville des records nationaux de pauvreté, de chômage, de criminalité, de diversités culturelles, et le sociologue Alain Tarrius, qui étudie les formes et destinées de la mosaïque cosmopolite de cette ville. La ville de Perpignan est abordée sous toutes ses coutures, "par le haut" (réseaux culturels mondialisés, développement culturel, transformations urbaines...) et "par le bas" (économies souterraines, trafics de drogues...)
    Un livre passionnant pour comprendre les enjeux de cette ville du Sud, mais aussi pour s'interroger de façon plus large sur l'ensemble des sujets évoqués et leur impact sur un certain nombre de communes européennes.

    Jean-Paul Alduy est polytechnicien, architecte ENSBA, ingénieur Général des Ponts et Chaussées, ancien Sénateur-Maire de Perpignan et Président de la Communauté d'Agglomération.

    Alain Tarrius est professeur émérite de l'Université de Toulouse Jean Jaurès, membre des laboratoires CNRS Migrinter et LISST, spécialiste des migrations et de la ville.

empty