Airy Routier

  • Comment, en partant d'une PME familiale, Bernard Arnault a-t-il pu devenir, en moins de vingt ans, l'un des hommes les plus riches et les plus influents de France ? Actionnaire principal de LVMH, le premier groupe mondial du luxe, de Christian Dior et de centaines d'autres sociétés, Bernard Arnault fait irruption au coeur du capitalisme français en reprenant l'empire Boussac. Il a 35 ans, le look provincial, et une détermination totale. L'ange exterminateur « se méfie » de tout et de tous. Aussi, de peur d'être abattu, il dégaine le premier. Jusqu'à ce jour de mars 1999 où il apprend que son alter ego François Pinault vient de lui souffler le maroquinier de luxe italien Gucci. Plus qu'un coup financier, c'est une blessure personnelle que Bernard Arnault ne supporte pas. S'ensuit une bataille féroce... Airy Routier brosse un univers balzacien, celui des trente dernières années de la vie économique et financière française qui ont vu, au gré des alternances politiques, des empires industriels s'effondrer et de nouvelles fortunes apparaître. À travers les secrets de la réussite de Bernard Arnault, L'ange exterminateur lève le voile sur des méthodes qui tranchent singulièrement avec l'image lisse que le roi du luxe veut donner de lui-même.

  • Alors que Bernard Tapie était en prison, pour avoir truqué un match de l'Olympique de Marseille et surtout pour s'être moqué pendant des années des lois et des magistrats, son fils Laurent, réunissant quelques journalistes, leur avait raconté une histoire à dormir debout : ce n'est pas Tapie qui avait escroqué le Crédit Lyonnais, au début des années 1990, comme tout le monde le disait alors, mais le contraire. Encore une entourloupe de l'homme d'affaires déchu ? Et pourtant, Laurent Tapie avait raison. Le 7 juillet 2008, au terme d'un véritable Everest judiciaire, un tribunal arbitral a condamné sans appel le CDR à verser 285 millions d'euros - auxquels s'ajouteront les intérêts - aux liquidateurs des sociétés de Bernard Tapie, au titre du manque à gagner et du préjudice moral. Non seulement la banque, alors publique, a capté une plus value de près de 2 milliards de francs sur la vente d'Adidas qui aurait dû revenir à celui qui était alors ministre de Pierre Bérégovoy, mais elle l'a en outre mis délibérément en situation de banqueroute, l'empêchant de briguer la mairie de Marseille. Confirmant plusieurs jugements antérieurs, cette sentence a fait scandale tant aux yeux du grand public, choqué par le montant des sommes, qu'à ceux d'un certain establishment, hostile à tout ce que représente Tapie. Certains ont dénoncé le rôle supposé de Nicolas Sarkozy. Ces nouveaux événements obligent à revisiter entièrement la carrière du Flambeur - titre de notre livre paru en octobre 1994 et vendu à plus de 100.000 exemplaires. A 65 ans, celui-ci va renaître de ses cendres, tel un Phénix. Porté au nues avant d'être jeté aux chiens, Tapie s'identifie volontiers au comte de Monte-Cristo. Redevenu riche et puissant, va-t-il se venger, comme Edmond Dantès, de tous ceux qui l'ont fait tomber ? Reviendra-t-il en politique ?

  • Il a commencé sa carrière de juge d'instruction par un raté magistral qui lui a valu d'être accusé par sa hiérarchie de « négligences graves dans la recherche de la vérité ». Mais sa carrière fulgurante n'en a pas souffert. Aujourd´hui procureur de Nanterre, il s'en est fallu de peu que Philippe Courroye ne soit désigné au poste aussi sensible que prestigieux de procureur de Paris par le chef de l'État qui longtemps n'a pas tari d'éloges sur lui. Le 24 avril 2009, à l'Élysée, Nicolas Sarkozy lui a remis en personne l´Ordre national du mérite. Dans l´assistance, plusieurs grands patrons, dont Martin Bouygues, que Courroye avait pourtant mis sur le grill, à Lyon, quinze ans plus tôt, après avoir poursuivi et fait condamner le présentateur vedette de TF1, Patrick Poivre d'Arvor. Le juge ombrageux, qui a jadis fait tomber Michel Noir et Alain Carignon, maires de Lyon et de Grenoble, a instruit de nombreuses affaires sensibles, mettant en cause des intérêts puissants. Il est cependant devenu un procureur carriériste, courant les dîners en ville, ménageant successivement Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy. Le masque vient de tomber avec sa gestion de l'affaire Woerth-Bettencourt : Philippe Courroye n´a cessé de s´opposer à la désignation d'un juge d'instruction, par nature incontrôlable, préférant piloter l´enquête préliminaire, pour garder la main et gagner du temps, selon les voeux de son ami Sarkozy. Philippe Courroye. Enquête sur un juge au-dessus de tout soupçon est la première enquête sur Philippe Courroye. À travers le parcours de ce provincial ambitieux, aux méthodes contestées - et souvent sanctionnées -, Airy Routier, auteur de plusieurs biographies non autorisées, montre comment la justice est aussi le champ d´une véritable bataille de pouvoir, au service d´intérêts (politiques, économiques) qui ne disent pas leur nom..

  • La suite de Notre-Drame-de-ParisDepuis six ans, ce qui a été une des plus belles villes du monde est tombée aux mains d'une bande d'illuminés qui en fait un terrain d'expérimentations pour ses théories fumeuses.Les journalistes Airy Routier et Nadia Le Brun ont poursuivi leur enquête depuis que Notre-Drame-de-Paris a fait trembler, il y a deux ans, Anne Hidalgo, jusque là incontestée.Le résultat est sidérant : dépenses absurdes, saleté de la ville, désastre des Vélib, marchés publics condamnés par la justice, crise du logement, grands projets laissés à l'abandon... La maire n'a cessé d'accumuler bourdes et décisions arbitraires !Les Parisiens n'en peuvent plus des bouchons et des travaux sans fin. Les piétons souffrent de l'invasion sur les trottoirs des engins les plus baroques, faisant de leur vie quotidienne un enfer.Mais 417 personnes affectées à différents services de communication travaillent à transformer des échecs en succès que le monde entier nous envie, paraît-il !Le pire reste à venir : à force de démagogie, renforcée par un mode de scrutin pervers et un clientélisme à peine caché, elle peut être réélue !
    La bataille a commencé, elle promet d'être terrible.
    Airy Routier a été journaliste à L'Obs, puis à Challenges. Il a publié de nombreux livres - notamment sur Bernard Tapie, le banquier Edouard Stern ou Bernard Arnault - dont certains ont été des best-sellers. Nadia Le Brun, journaliste, a été notamment rédactrice en chef au Groupe Le Parisien. Elle est auteur de livres d'investigation dont Valérie Trierweiler, la dame de pique ou Les Nouvelles Courtisanes.

  • Ce livre n'est pas un réquisitoire.
    Ce livre n'est pas un règlement de comptes.
    Ce livre n'est pas non plus une hagiographie !
    C'est bien pire que cela : une enquête.
    Voilà donc la vérité sur l'action d'une élue qui rend invivable la vie quotidienne de dix millions d'habitants de Paris et de sa région tout en prétendant l'améliorer.
    Cette femme cynique a cependant un talent : cet art de communiquer qui lui permet aujourd'hui encore de masquer ses échecs. On s'est - presque - habitué à ses prêches, de l'injonction du « vivre ensemble » à l'exaltation de « l'impôt citoyen » !
    Airy Routier, journaliste dont on se rappelle les biographies non autorisées sur Bernard Arnault ou Bernard Tapie, et Nadia Le Brun montrent l'envers du décor, de la saleté croissante des rues à l'organisation de la paralysie automobile.
    La politique du logement, aussi provocatrice qu'inefficace, l'aveuglement face à l'afflux des migrants, sans oublier une dette qui a doublé en quatre ans pour compléter le tableau : le bilan à mi-mandat apparaît déjà désastreux.
    Ce qui fait peur, c'est que la maire de Paris, Anne Hidalgo, n'écoute plus personne, au point d'inquiéter même le nouveau président de la République, qu'elle déteste.
    Entre récit et révélations, ce livre iconoclaste dit tout haut ce que bien des Parisiens pensent tout bas.

  • Les périodes de crise sont fécondes pour les intellectuels. Il en est ainsi pour l´économie. Depuis 2007 et le début de la crise, la pensée économique est en effervescence. Pourquoi et comment a-t-elle eu lieu ? Comment s´est-elle propagée ? Quel est le meilleur moyen de s´en sortir ? Les idées et les hommes s´affrontent - souvent avec une certaine violence. Pierre-Henri de Menthon et Airy Routier nous dressent le panorama de ces combats. Première interrogation : les économistes sont-ils vraiment indépendants ? Le décalage abyssal entre les théories abstraites et l´économie réelle, la recherche de moyens, ne les incitent-ils pas à trop se rapprocher du monde des entreprises ? Comment un politique peut-il choisir entre un néolibéral prônant l´austérité ou un néo-keynésien qui au contraire croit à une politique de relance. Risque-t-il d´être trop à la mode s´il écoute les schumpétériens ou totalement dépassé s´il se tourne vers le renouveau du marxisme ou du monétarisme ? Doit-il porter son attention sur la « paléo-économie » qui compare les comportements humains et ceux des macaques du Japon, ou sur la « neuro-économie » qui analyse les tempêtes hormonales traversant le crâne des traders ? Les deux auteurs nous font aussi découvrir les lieux où les idées se construisent, s´opposent et se disloquent. Qu´ils soient connus comme des grandes universités américaines, les salons de Davos, ou moins connus comme Jackson Hole ou les rencontres d´Aix. Un ouvrage passionnant pour comprendre les grands enjeux économiques, leur complexité et la fragilité des hommes qui conseillent et de ceux qui décident.

empty