Abdelillah Hamdouch

  • Ce numéro intitulé "L'Economie industrielle en mutation" s'inscrit dans l'esprit des "mises au point" qui jalonnent périodiquement l'évolution de cette discipline. Le volume s'organise autour de l'idée centrale suivante : la mutation profonde des structures et des stratégies industrielles à laquelle nous assistons depuis une trentaine d'années invite à un renouvellement de la réflexion sur les dynamiques industrielles contemporaines et à une reconsidération des outils conceptuels et des schémas analytiques traditionnels de l'Economie industrielle.

  • Faire nature en ville Nouv.

    Nature et ville : un paradoxe ou bien une convergence désormais banale ? À travers des réflexions historiques et des études locales, cet ouvrage nous plonge dans la nature des villes françaises, brésiliennes, portugaises. Espaces verts résidentiels, espaces verts publics, traversées urbaines des cours d'eau et espaces agricoles aux marges de la ville, les principales formes de la nature en ville sont présentées ici de façon critique. Une variété de cas d'études à travers lesquels des questions cruciales de l'urbanisme contemporain sont soulevées : la nature est un besoin humain fondamental, mais aussi un marqueur de la ségrégation socio-spatiale dans les villes ; des modèles de parcs et des formes urbaines de la nature en ville qui semblent universels, mais aussi une nature que les habitants s'approprient difficilement.

  • La transformation urbaine au prisme de la nature Nouv.

    La ville transforme la nature, certes, mais la nature transforme-t-elle la ville ? À l'heure de la diffusion des enjeux liés à la nature en général, cet ouvrage répond à en analysant de nouvelles formes de nature en ville : les trames vertes urbaines, les espaces agricoles urbains et leurs antonymes, les friches urbaines. Au-delà du consensus de façade que la nature en ville suscite, les auteurs s'interrogent sur la réalité de l'action publique en la matière. Dans quelle mesure la nature renouvelle-t-elle les politiques urbaines ? Les espaces semi-naturels en ville sont-ils conçus et réalisés pleinement comme une infrastructure urbaine ? Les usages informels de ces espaces par les habitants, usages qui témoignent de la diversité des fonctions des sols urbains, sont-ils simplement considérés par l'action publique ? La réflexion suit huit études de cas en France, au Brésil et en Tunisie.

  • Certains territoires sen sortent mieux que dautres par rapport à la mondialisation en faisant preuve de « résilience territoriale ». Ils résistent, sadaptent, voire se réinventent. À partir de ces exemples, les auteurs apportent un éclairage approfondi des contraintes et perspectives d'adaptation dans le nouveau contexte compétitif global.

empty