Marpeau

  • L'âme du fusil

    Elsa Marpeau

    Depuis qu'il est sans travail, Philippe passe ses journées à attendre. Attendre que Lucas, son fils de seize ans, rentre du lycée, attendre que sa femme termine sa journée de travail. Il n'y a guère que les dîners du dimanche avec ses copains du hameau, la chasse et la perspective d'y initier son fils qui rompent le fil des jours.
    Lorsque Julien, un Parisien venu se terrer dans la maison d'en face, débarque, la vie de Philippe bascule. Il se met à épier ce voisin qui le fascine et l'obsède, cherche à le faire accepter de son entourage qui s'en méfie.
    Tout au bonheur de se sentir à nouveau vivant et utile, et d'exister pour son fils et ce voisin novice, Philippe ne voit pas poindre le drame.

  • Alex mène une vie normale jusqu'à l'arrivée de l'écrivain Charles Berrier dans le gîte rural qu'elle tient avec son mari. Une nuit, l'homme essaie de la violer. En cherchant à se défendre, elle le tue. Paniquée, craignant que les conséquences de son acte ne détruisent sa famille, Alex dissimule le corps. Avant que la disparition de Berrier ne soit connue, et pour éloigner d'elle les soupçons, Alex décide de s'infiltrer dans son entourage pour trouver qui, parmi les proches de l'écrivain, aurait pu l'assassiner...

  • Sarah est une coureuse de rallye reconnue dans un milieu hautement macho. Un jour, lors d'une «spéciale», elle sort de route. Son coéquipier meurt sur le coup et elle se retrouve plongée dans le coma, avant de se réveiller paralysée des deux jambes. Elle intègre un centre hospitalier perdu en haute montagne, où rayonne un médecin que tout le monde surnomme le «docteur Lune».
    Brisée physiquement et psychologiquement, Sarah développe une dépression paranoïaque, qui atteint son paroxysme quand la patiente qui partage sa chambre disparaît. Pour le personnel, il ne s'agit que d'une fugue, mais Sarah est convaincue qu'il n'en est rien...
    Inspiré d'un fait divers réel, Les corps brisés est un thriller glaçant avec son lot d'angoisses et de rebondissements, qui se termine sur un huis clos étouffant. L'auteure y dresse un sombre constat sur la place des handicapés dans notre société moderne qui donne la priorité à l'efficacité et à la performance.

  • Une vie d'éducatrice spécialisée : questionner le sens Nouv.

    Cet ouvrage relate douze scènes de la vie d'une éducatrice spécialisée auprès d'enfants, d'adolescents et de jeunes adultes, dans différents lieux d'accueil et d'hébergement. Il montre l'importance de la rencontre authentique, de la disponibilité à l'imprévu, de l'écoute de l'Autre, de l'ouverture à ce qui « fait signe », à ce qui fait sens et priorité chez un humain en mal de « grandir ».

    Les situations rapportées mettent en lumière l'importance de l'engagement dans le champ de l'éducatif. Elles saisissent la poignante complexité des réactions d'un humain privé d'enfance, proie de violences et de tensions incompréhensibles pour lui. Leurs dénouements - parfois improbables - révèlent les possibilités surprenantes de l'éducatif appréhendé en tant que « mise au travail » de personnes se réconciliant avec elles-mêmes et leur environnement, en s'autorisant à exister.

    Les deux auteurs s'accordent sur la place des émotions et sur la prise en compte des vulnérabilités en tant que creusets du travail d'humanisation dont l'éducatif est en charge. Ils insistent sur l'indispensable capacité du professionnel à se reconnaître lui-même vulnérable afin de pouvoir « faire rencontre » avec des personnes démunies. Ils alertent sur la double nécessité de l'implication et de la réflexion, tant personnelle que collective, afin de décrypter le sens sous-jacent qui fait énigme et permettre au professionnel une distanciation de ses propres affects et des « prêts-à-penser ».

  • Pour la police, les Black Blocs sont des casseurs - ces types qui, en fin de manif, mettent un foulard sur leur visage et prennent une batte de base-ball pour défoncer les vitrines et les CRS. Eux-mêmes se considèrent comme des individus isolés qui, parfois, s'agrègent spontanément pour lutter contre la violence capitaliste. Des anonymes, sans visage. N'importe qui. Un ami à vous, un collègue. Vous-même.
    Pour Swann Ladoux, les Black Blocs n'étaient rien. Jusqu'au jour où elle trouve son conjoint, Samuel, assassiné dans leur appartement. Et découvre que celui-ci menait une double vie : prof de socio le jour, soldat anarchiste la nuit. Prête à tout pour retrouver le meurtrier, Swann plonge dans un monde inconnu, quitte à basculer corps et âme dans les profondeurs clandestines...

  • Été 1944. Une femme court dans la campagne icaunaise. Elle cherche à échapper à la foule qui veut la tondre.
    Été 2015. Un homme a été tué près d'un lac. La gendarme chargée de l'enquête soupçonne que son meurtre est lié à une tonte, qui a eu lieu soixante-dix ans plus tôt.
    Entre aujourd'hui et hier, les destins s'entremêlent mais les protagonistes ne s'en souviennent plus - ils ont oublié la colère, les jours de liesse et la cruauté des vaincus contre ceux de leur camp, lors de la Libération. L'enquête va exhumer ce passé dont plus personne ne veut se rappeler.

  • ""Je suis noire, mais je suis belle", dit l'amoureuse du Cantique des cantiques. Dans l'histoire des représentations, la beauté sombre reste une concession. Y aura-t-il toujours un "mais" ? Figure du Mal, femme sensuelle, sexuelle, parfois virile, souvent intelligente, vénéneuse et cruelle, la brune serait l'imperfection ?
    Brunes aux yeux noirs comme Penélope Cruz ou brunes aux yeux clairs comme Eva Green, brunes graciles comme Audrey Hepburn ou brunes brûlantes comme Monica Bellucci, brunes romantiques comme Vivien Leigh ou brunes guerrières comme Angelina Jolie, brunes d'hier comme Ava Gardner ou brunes d'aujourd'hui comme Rihanna méritent bien qu'on décline leurs grâces.
    Et que, de A jusqu'à Z, on fasse l'éloge des beautés brunes. Sans "mais"."

  • L'expatriée

    Elsa Marpeau

    Plus tard, je me souviendrai de la nuit d'encre de son regard.
    Mais pour l'heure, en ce 1er juillet, l'impression s'estompe. Je suis happée tout entière par l'apparition qui, à l'autre bout de la piscine, vient de se matérialiser.
    Celle de l'Arabe blond.
    Expatriée à Singapour dans un condo chic peuplé de Français, Elsa voudrait commencer un nouveau livre mais elle tourne en rond, écrasée par la chaleur et le désoeuvrement. Sa vie change radicalement lorsque arrive Nessim, le nouveau Français de la résidence qu'elle baptise l'Arabe blond. Il devient son amant jusqu'à sa mort, deux mois plus tard. Assassiné de plusieurs coups de couteau. Parce qu'elle était sa maîtresse, Elsa devient vite aux yeux de tous la principale suspecte. Elle ne doit son salut qu'à l'aide de Fely, sa maid philippine. Mais le prix à payer sera élevé...

    Prix Plume de Cristal 2013

  • "Une grille, trois marches - l'entrée des urgences. Entassés dans le hall, des gens assis sur des bancs en fer attendent leur admission. À l'intérieur, les tumeurs qui dévorent, les virus qui s'étendent, les artères bouchées."
    Et puis, les meurtres. Que représentent deux morts de plus dans cette guerre quotidienne, dissimulée derrière les murs de l'hôpital? Rien, sauf pour Gabriel Ilinski, le technicien de scènes de crime appelé sur les lieux. Il est le seul à ne plus pouvoir les oublier. Tout, y compris son amour pour Louise, un médecin, le ramène à l'hôpital Lariboisière. Jusqu'à se faire admettre lui-même aux urgences pour mener son enquête à l'intérieur du coeur souffrant de la ville...

  • Le processus éducatif, depuis sa première parution, est devenu une référence pour de nombreux éducateurs en exercice et en formation. Jacques Marpeau y pose les bases d'une compréhension nouvelle de la complexité de « ce qui se passe » dans la démarche éducative, et qui concerne, bien au-delà de la question de la socialisation ou de la construction des savoirs, la structuration de la personne. Comment les éducateurs spécialisés peuvent-ils initier et soutenir ce processus face aux jeunes, et aux moins jeunes, handicapés, en difficulté sociale ou psychologique ? L'auteur dénonce l'idéologie de la maîtrise qui ferait de l'éducateur le maître qui à la fois conduit et libère. Pour lui, au contraire, l'acte éducatif n'a pas pour objet de soigner ni de combler des « manques », il doit créer les conditions pour que le sujet, pris dans les rets d'une situation sans issue, puisse devenir acteur de sa propre vie en s'ouvrant à de nouveaux possibles.

    Dans cette nouvelle édition, Jacques Marpeau met en évidence l'évolution du contexte sociétal des métiers de l'éducation et de l'accompagnement, mais aussi de la formation. Son objectif est de se situer en passeur de repères et de clés de compréhension, pour approcher les cheminements singuliers d'humanisation dans lesquels se déploie le processus éducatif.

  • La création constitue le noyau, la problématique centrale du travail éducatif. À l'heure des procédures et des référentiels de tous ordres, la création est difficile à cerner et à identifier au quotidien, en particulier dans les situations de crise chez des enfants et des adolescents en grande difficulté. Or la créativité, pratiquée et reconnue tant pour les professionnels que pour les enfants, permet la sortie des répétitions en restaurant les multiples potentiels des situations vécues et en instaurant un avenir ouvert à des choix possibles et désirables.

  • Retrouvez dans ce dossier les premiers chapitres de dix polars incontournables de la collection Folio Policier : Ingrid Astier (Quai des enfers), Tonino Benacquista (La maldonne des sleepings), Thomas H. Cook (Les feuilles mortes), DOA (Citoyens clandestins), Caryl Férey (Zulu), Thierry Jonquet (Mygale), Dominique Manotti (Bien connu des services de police), Elsa Marpeau (Les yeux des morts), Jo Nesbo (Le léopard), Kjetil Try (Noël sanglant).

    Vous pouvez accéder directement à chaque extrait par la table des matières de ce dossier ou lire les extraits à la suite. Tous ces livres numériques sont en vente chez votre libraire.

  • À l'occasion des 70 ans de la "Série Noire", retrouvez dans ce dossier gratuit les premiers chapitres de 9 nouveautés de cette collection mythique.

    Les initiés (de Thomas Bronnec), Pukhtu Primo (de DOA), L'ange gardien(de Jérôme Leroy), Or Noir (de Dominique Manotti), Et ils oublieront la colère (de Elsa Marpeau), Tout doit disparaître (de Jean-Bernard Pouy), L'alignement des équinoxes(de Sébastien Raizer), Les Brillants (de Marcus Sakey) et L'exécution de Noa P. Singleton (de Elizabeth Silver).

    Vous pouvez accéder directement à chaque extrait par la table des matières de ce dossier ou lire les extraits à la suite. Retrouvez aussi photographie et biographie des auteurs. Tous ces livres numériques sont en vente chez votre libraire.

  • Le processus éducatif, bien au-delà de la question de la socialisation ou de la construction des savoirs, est indispensable à la structuration de la personne. Il concerne l'élaboration des capacités structurelles que la personne doit mettre en oeuvre pour faire face aux nécessités de son existence actuelle et à celles inconnues du futur. Comment les éducateurs spécialisés peuvent-ils initier ce processus et le soutenir face aux jeunes, et aux moins jeunes, handicapés, en difficulté sociale, psychologique ? L'acte éducatif n'a pas pour objet de soigner ni de combler des manques , il doit créer les conditions pour que le sujet, pris dans les rets d'une situation sans issue, puisse devenir acteur de sa propre vie en s'ouvrant à de nouveaux possibles. Jacques Marpeau s'oppose ici à toute idéologie de la maîtrise qui ferait de l'éducateur le maître qui à la fois conduit et libère. Il propose une pédagogie de l'ouvert , une mise en oeuvre de ce qui rend possible le rapport à l'inconnu, le déplacement des règles du jeu, des appartenances déjà constituées, des rôles préétablis. Cela suppose qu'éducateur et éduqué ou plutôt s'éduquant soient ensemble engagés dans le processus éducatif. S'appuyant sur son expérience de directeur de MJC en région parisienne, où il a pu constater les carences éducatives à la base des difficultés de nombreux jeunes, et sur celle de la formation des professionnels de l'éducation spécialisée, l'auteur propose une analyse de la nature et de la complexité du processus éducatif. Il ouvre des perspectives de réflexions et d'actions nouvelles en abordant l'éducation sous l'angle des échappées possibles aux phénomènes de captations dans lesquelles sont enfermés les enfants, les jeunes et les adultes en difficulté. Il invite à une attention particulière aux dynamiques d'existence et aux conditions de mobilisation des potentiels des personnes qui, pour des raisons complexes, ne peuvent être sollicitées ou validées par leur environnement Jacques Marpeau dirige actuellement le service de formation continue à l'Institut régional du travail social de Paris Ile-de-France

empty