Édouard Axelrad

  • Elle venait de naître quand son père fut envoyé pour la première fois en prison... Huit ans plus tard, elle était vendue à un riche Chinois, amateur de petites filles. Un début dans la vie presque banal dans l'Indochine des années 30. Elle s'appelait Chinh, mais on la connaît davantage sous son nom de guerre : Marie Casse-Croûte. A 25 ans, la petite Tonkinoise est devenue riche et sa plus grande fierté, c'est le Goujon qui Têt, son bistrot-bordel des environs de Saigon où sont admis les seuls hommes qui comptent pour elle et ses filles : les militaires français. Pour eux, Marie Casse-Croûte sera putain et agent double. Fidèle jusqu'au bout, elle n'hésitera pas à plonger dans le cauchemar de Diên-Biên-Phu avec ses filles, pour être à leurs côtés. Cynique, l'Histoire n'a pas voulu retenir le sacrifice authentique de ces femmes... Cela valait bien un roman. Autour de Marie Casse-Croûte, l'auteur a fait revivre avec une force d'évocation peu commune, ces personnages qui, comme elle et quel que soit leur camp, ne vivaient que pour l'Indochine : Gervais, le métis agent secret, Bessières, le fou de liberté, Nguyen, le père de l'héroïne, devenu communiste au hasard des prisons, Cloarec, le sergent le plus louche d'Hanoi à Saigon et des dizaines d'autres. Un roman comme il n'y en a jamais eu sur la grandeur mais aussi les bassesses d'un monde aujourd'hui anéanti : l'Indochine française.

  • Elle venait de naître quand son père fut envoyé pour la première fois en prison... Huit ans plus tard, elle était vendue à un riche Chinois, amateur de petites filles. Un début dans la vie presque banal dans l'Indochine des années 30. Elle s'appelait Chinh, mais on la connaît davantage sous son nom de guerre : Marie Casse-Croûte. A 25 ans, la petite Tonkinoise est devenue riche et sa plus grande fierté, c'est le Goujon qui Têt, son bistrot-bordel des environs de Saigon où sont admis les seuls hommes qui comptent pour elle et ses filles : les militaires français. Pour eux, Marie Casse-Croûte sera putain et agent double. Fidèle jusqu'au bout, elle n'hésitera pas à plonger dans le cauchemar de Diên-Biên-Phu avec ses filles, pour être à leurs côtés. Cynique, l'Histoire n'a pas voulu retenir le sacrifice authentique de ces femmes... Cela valait bien un roman. Autour de Marie Casse-Croûte, l'auteur a fait revivre avec une force d'évocation peu commune, ces personnages qui, comme elle et quel que soit leur camp, ne vivaient que pour l'Indochine : Gervais, le métis agent secret, Bessières, le fou de liberté, Nguyen, le père de l'héroïne, devenu communiste au hasard des prisons, Cloarec, le sergent le plus louche d'Hanoi à Saigon et des dizaines d'autres. Un roman comme il n'y en a jamais eu sur la grandeur mais aussi les bassesses d'un monde aujourd'hui anéanti : l'Indochine française.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • De l'Irlande à la Compagnie des Indes, le destin romantique et tragique d'un grand aventurier du siècle des lumières.

empty