Croix de sang au Grand Hôtel

À propos




EXTRAIT COURT
« François et Marielle en finissaient avec le Mortiers. Après avoir surplombé la vallée d'En Beys et contemplé les pics ariégeois, du plateau de Beille jusqu'au Valier
et au Montcalm, ils gravissaient en conversion le flanc large de sa face ouest. François allait devant, Marielle suivait ses traces comme guidée par des rails. Ils n'avaient
pas besoin des couteaux, l'adhérence des peaux suffisait. La neige était merveilleuse. Lissée par le vent et le gel, elle couvrait la montagne d'un manteau uniforme.
Bien qu'éculé, le cliché d'un nappage à la chantilly s'imposait.
Les sens sublimés par l'effort, François et Marielle s'imprégnaient de cette beauté silencieuse.
Ils atteignirent l'arête. Le panorama s'ouvrit sur le Roc Blanc, le Tarbesou, les Porteilles du Laurenti et d'Orlu. Au bout de l'étroit plateau qui naissait à l'est,
vingt mètres en contrebas, le Terrers était aplati par la perspective aérienne. Ils reprirent leur souffle. Leurs yeux se gavèrent du spectacle, à la fois identique
et renouvelé.
[...]
Ils parvinrent au-dessus de l'étang du Diable. Le lac gelé ressemblait à un cratère circulaire dessiné au
beau milieu d'un entonnoir de neige. Devant eux, une nouvelle corniche se dressait, vertigineuse sur l'abîme. Un bloc s'en était décroché et avait roulé dans la pente.
François extirpa à nouveau son vieux Canon FTBdu sac à dos et entama une seconde série de prises de vue. Il cadra, l'un après l'autre, les sommets qui les entouraient puis
s'intéressa au lac. La nature improvisait un tableau abstrait. Dans le viseur de l'appareil, l'uniformité des couleurs favorisait des arrangements insolites sans haut ni bas,
droite ou gauche. Un objet coloré, sans doute coincé par les glaces, attira son attention.
Il régla la focale de son objectif au maximum.
- Merde, jura-t-il, on dirait qu'il y a quelqu'un !
Armée de ses jumelles Marielle confirma.
- C'est un corps !
Les deux randonneurs déchaussèrent leurs skis et dans un bruit de sparadrap décollé, arrachèrent les
peaux de leurs semelles. Ils les plièrent rapidement et leurs fixations réglées en position de descente ils basculèrent sur la pente. La neige vierge s'offrait à leurs spatules. François amorçait ses virages en sautant, Marielle les ouvrait en arc de cercle. Leurs trajectoires dessinaient des serpentins entremêlés.
En moins d'une minute ils atteignirent l'étang.
Couverte d'une épaisse couche de glace grumeleuse, sa surface, d'un bleu opalin, glissait dangereusement. La forme qui avait attiré leur attention était proche ; ils reconnurent
la combinaison rouge des moniteurs de l'Ecole de Ski Français. Ils franchirent les derniers mètres en patinant et stoppèrent en dérapant de part et d'autre de ce qui s'avérait
effectivement être un corps allongé.
C'était un homme. Au premier coup d'oeil, ils comprirent qu'il était mort : ses membres étaient disloqués, les articulations d'un bras et d'une jambe pliés à contresens, le cou tordu
en arrière. Son visage marbré par le froid était tourné vers le ciel ; le regard bleu et vide, les cheveux blonds et bouclés, la peau bronzée par le plein air. Dans l'instant, ils le
revirent avec le sourire de la vie. Ils le connaissaient : Bertrand Comas, un jeune de Font-Romeu. »








  • EAN

    9782908476479

  • Disponibilité

    Disponible

  • Action copier/coller

    Non

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb Partage

    6 appareils

  • Poids

    816 Ko

  • Distributeur

    Numilog

  • Diffuseur

    Numilog

  • Entrepôt

    Numilog

  • Support principal

    ebook (pdf)

empty