À propos

On commence d'écrire. On apprend des aînés. On découvre ceux qui ont votre âge, et prennent des chemins à la fois si proches et si différents. On ne comprend jamais vraiment pourquoi on a été mis à cette place, et le copain à telle autre. Alors, à intervalles rares mais régulier, sur la route, on est amené à écrire sur ces voisinages, ces visages, ces accompagnements. Et c'est un nouvel atelier qui s'ouvre, celui par lequel on se cherche soi-même dans l'écrire de l'autre. La forme elle-même tient aux questions et oeuvres qui surgissent : trois fictions pour approcher Pierre Michon, la lumière de trois instants réels pour approcher Bernard Noël. Et puis il y a les morts qu'on porte, la liberté que cela donne : Duras, Sarraute, Bernhard. La bizarrerie que c'est, quand on parcourt ces textes poussés jusqu'à publication, et puis gardés soigneusement dans l'ordinateur, qu'on a pu parler de certains avant et après le décès : Julien Gracq, Claude Simon. Alors reprendre les traversées, quand elles surprennent ou déroutent (Vasset, Serena, mais aussi Claude Ponti), examiner ce qu'a changé pour nous un voisinage proche et jamais prévisible (Echenoz, Goux ou Quignard - ou Daeninckx, ou Juliet). Et si on a écrit deux fois, voire trois, sur le même (Bergounioux, Perec), reprendre les deux, voire trois textes. Et puis découvrir qu'à replacer tout cela ensemble, ils prennent position selon un ordre qui n'est pas chronologique, et que ce serait cela une part de l'explication : le roman n'est jamais donné, il se réinvente, se conquiert. Le roman n'est pas un lieu stable. C'est arbitraire : on a donc fait tout ce chemin sans écrire de Tarkos ou Leslie Kaplan, ni Jacques Roubaud, alors qu'on les a tant visités en cours ou ateliers ? Ces textes s'étagent sur plus de quinze ans, et c'est pourtant la même frontière qu'ils examinent : si la littérature s'invente, qu'est-ce que cela prend à la vie ? On découvre qu'il y eut quarante fois la même question, où revenir à sa propre table laisse la réponse en blanc, et que c'est un seul ensemble, un seul chemin. Avec Beckett bien sûr au bout. FB

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

  • EAN

    9782814510425

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    324 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Distributeur

    Immatériel

  • Support principal

    ebook (ePub)

François Bon

Né en 1953, François Bon élabore depuis vingt-cinq ans une oeuvre littéraire cohérente et forte. Il a publié une dizaine de livres dont Sortie d'usine, Mécanique, Daewoo (prix Wepler 2004), Rolling Stones ou encore Après le livre paru au Seuil en 2011. Il anime par ailleurs un blog (le tiers livre), est le fondateur de la maison d'édition publie.net et de la revue remue.net.

empty