Les villes fantômes

À propos

La ville est un concept omniprésent : elle nous entoure, c'est aussi bien nos circulations, nos modes d'accès à la culture ou la consommation, mais d'abord la relation aux autres. Et la ville, c'est un mouvement : nous les avons vu se construire, nous assistons à l'enfoncement des architectures mortes trop vite. Nous sommes conscients de toutes les urgences que la ville catalyse, et nous n'avons jamais abandonné les vieilles utopies : elles s'enracinent bien trop loin dans le passé, il n'y a qu'à voir les peintres.

C'est à cela que Jean Rouaud s'affronte, figure complexe, qu'il démêle en 10 incises successives. On commence avec une déclaration de François Mitterrand, Le socialisme c'est la ville, pour s'en aller voir en cours de routes les villes nouvelles :
La ville n'existe tellement plus que lorsqu'on se propose d'en bâtir une nouvelle, on se lamente qu'elle ne ressemble pas à une ville.

Et de là on arrivera à cette nouvelle idée de la ville qu'est Internet. Mais c'est aussi le destin des villes de province. Et ce qu'on a tenté de reconstruire après guerre, comment cela conditionne en partie le destin présent. Jean Rouaud est d'Ouest, on parle de Nantes, Saint-Nazaire et Brest.

Et la ville est toujours la somme de toutes les villes, celles des voyages, des explorations, du rêve même de la ville : on arpentera la Place Rouge de Moscou, on croisera Ground Zero, pour finir au destin centrifuge de l'hyper-métropole qu'est Paris, sans oublier au passage ces bizarres terminologies du genre communauté d'agglo.
Quant à partager les mêmes intérêts, pour les fondre dans une histoire commune, ça impliquerait de lancer un zoom arrière très puissant sur Google Earth où, du fin fond de la galaxie, on pourrait effectivement penser que tous ces groupes sont embarqués sur la même planète et qu'ils y forment en somme une agglomération de communautés, ou plutôt une agglo de com, en langage communicant. Il y a une bonne distance cependant dans ce jeu de réglage vu du ciel, mais qu'on ne franchit jamais, où l'on remarque par exemple que la porte d'Auteuil n'est qu'à une encablure du périphérique et de ses villages de cartons et de bâches en plastique. Éclairez-nous, petit Robert, pouvons-nous encore parler de communauté ?

En décomposant figure après figure l'idée de ville, Jean Rouaud nous propose non pas ses options personnelles : elles sont présentes, on ne les partage pas pour autant, il ne nous les impose pas. Ce qu'il nous présente, c'est le prisme pour appréhender ce jeu complexe et en mouvement, de façon extrêmement précise.

Est-elle dissoute, la ville, lorsque les SDF plantent leurs tentes place de la Bourse, et pourquoi garde-t-on comme repères ses plus honorifiques les hommages aux bouchers tel que l'Arc de triomphe ?

F.B

Rayons : Littérature générale > Biographie / Témoignage littéraire > Témoignages

  • EAN

    9782814501812

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    40 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Distributeur

    Immatériel

  • Diffuseur

    Immatériel

  • Entrepôt

    immatériel.fr

  • Support principal

    ebook (ePub)

empty