Ethique du partage

À propos

Entre la chute des idéologies, le recul des religions et la complète absence de toute connotation éthique ou morale de I'économisme dominant, l'homme de la dernière modernité est en quête de sens. Mais fournir des indications utilisables pour bâtir une nouvelle éthique, tenant compte des caractéristiques de la modernité, implique un important travail de déblayage auquel s'attelle l'auteur, au fil des cinq tomes d'Ethique et modernité (1. Le cadre d'une nouvelle éthique ; 2. Ethique du travail et de la production ; 3. La bataille des éthiques ; 4. Athéisme et religion ; 5. Ethique du partage).

ATHÉISME ET RELIGION
(Ethique et modernité 5)

Le partage (de la richesse, du pouvoir, de la pensée) est aujourd'hui la seule perspective acceptable. Non par charité ou parce que la loi l'ordonnerait mais parce que ce sera
bientôt la seule possibilité de survie. C'est par le partage du pouvoir que le partage de la richesse pourra s'opérer. La première tâche de l'éthique doit être d'organiser le partage du pouvoir au même échelon que l'économie, soit à l'échelon mondial. Le modèle proposé ici n'est pas dictatorial, il est au contraire le plus démocratique qui soit. ll ne s'agit pas de déboucher sur une dictature des exclus comme on prônait autrefois une dictature du prolétariat. Simplement, tout pouvoir doit être contrôlé par un autre I
pouvoir qui lui fait face. La nouvelle éthique est une éthique de l'équilibre. Qu'elle débouche sur un projet politique n'est pas une dérive, mais une preuve de réalisme.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Philosophie > Philosophie généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur la philosophie

  • EAN

    9782749260242

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    120 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Poids

    1 914 Ko

  • Distributeur

    C.D.E.

  • Support principal

    ebook (ePub)

Alain B.L. Gérard

Alain B.L. Gérard est docteur en Droit et docteur en Philosophie. Longtemps cadre supérieur de société dans différents pays, il a travaillé en philosophie avec Gérard Granel à Toulouse et soutenu en Sorbonne en 1982 une thèse de doctorat sur Marx et Heidegger. Aujourd'hui il se concentre sur la philosophie mais se livre en plus à une autre de ses passions, la peinture.

empty