Pauvre et douce Corée

À propos

Peinture d'une contrée exotique avec la douceur du regard d'un homme envoûté.
Georges Ducrocq, français visitant la Corée au début du XXe siècle, nous offre un récit touchant de son voyage.
« Plus que tout autre, Georges Ducrocq a aimé la Corée. Si Pierre Loti et de nombreux voyageurs, à la même époque, voient dans le "royaume ermite" un pays finissant, Georges Ducrocq au contraire y découvre les racines toujours vives d'une culture qui n'a rien perdu d'elle-même. Dans ce récit plein de tendresse et de nostalgie, il nous introduit dans le quotidien d'un peuple qui n'a encore rien oublié de ses anciens gestes et de ses traditions : cérémonies, costumes, petits métiers, peintures... A travers les bruits de Séoul, ses parfums, ses ombres et ses lumières, la texture du papier, des tissus, ou de la porcelaine, il nous invite à découvrir la douceur et la simplicité des jours qui passent au "pays du matin calme". » Zulma
Une découverte du pays du "matin calme" pris en tenaille entre l'impérialisme du Japon et de la Russie en ce début du vingtième siècle.
EXTRAIT
Celui qui arrive à Séoul par la colline du Nam-San aperçoit, entre les arbres, un grand village aux toits de chaume. Il a d'abord peine à croire que ces cabanes enfumées soient la capitale de la Corée. Mais l'immense étendue qu'elles couvrent et la ceinture de remparts et de portes monumentales qui les enveloppe ne laissent aucun doute : Séoul est à nos pieds et c'est une paysanne qui ne paye pas de mine. Pourtant les chaumières ont un air bon enfant ; elles annoncent une grande pauvreté, mais ne sont pas tristes. Une lumière extrêmement pure et délicate baigne ce visage de pauvresse et en détaille tous les contours. Épaisses et basses, les couvertures des toits se recroquevillent au soleil comme des chattes, elles semblent couver de très douces vies familiales ; les rues font des détours capricieux et les angles des logis les font dévier ; quelques grandes chaussées traversent de part en part la capitale et tracent dans les quartiers confus de belles lignes droites. Au-dessus des chaumes ensoleillés, des cours étroites où respirent des pots de fleurs, des ruelles tortueuses, s'élève un nuage léger, tout bleu, qui monte droit, quand la brise ne souffle pas.
À PROPOS DE L'AUTEUR
Georges Ducrocq (1874-1927), originaire de la région lilloise, a été membre de la société de géographie de Paris. En compagnie de Louis Marin, il a visité le Caucase, le Turkestan russe (en 1899), et l'Extrême-Orient (en 1901), des voyages qui l'ont amené à écrire, notamment celui en Corée, en 1901 où il est littéralement tombé sous le charme des coréens et de leurs traditions.

  • EAN

    9782379110283

  • Disponibilité

    Disponible

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Poids

    143 Ko

  • Distributeur

    Numilog

  • Diffuseur

    Numilog

  • Entrepôt

    Numilog

  • Support principal

    ebook (ePub)

empty