les sciences naturelles à Rouen au XIXe siècle ; muséographie, vulgarisation et réseaux scientifiques

À propos




Pr?face
Guillaume Lecointre
Mus?um national d'histoire naturelle
 
?tudiant, j?ai fr?quent? r?guli?rement le mus?e d?histoire naturelle de Rouen, comme je fr?quentais ce type de mus?es chaque fois que l?occasion s?en pr?sentait. Je restais frapp? par l?obsolescence des contenus scientifiques, alors que ceux-ci enveloppaient de leurs discours surann?s des objets remarquables par leur raret?, leur beaut?, leur ?tranget?, leur puissance ?vocatrice ou leur incitation au questionnement, voire m?me au r?ve. Toute la puissance de l?histoire naturelle se trouvait l? r?unie par la fascinante force des sp?cimens, mais comme laiss?e ? l?abandon par l?intellect. Il en allait de m?me pour d?autres mus?es d?histoire naturelle en France, y compris de certaines galeries du Mus?um national. Pourtant, les mus?es d?histoire naturelle ont ?t? et restent des mus?es populaires. Que s??tait-il pass? ? Pourquoi cet abandon ? En parall?le, de nouveaux types de mus?es ou d?expositions temporaires voyaient le jour, forts de dispositifs mus?ographiques sophistiqu?s et pr?sent?s comme ? la pointe, forts de messages ? faire passer, mais d?connect?s d?objets, de sp?cimens r?ellement issus du monde naturel. J?en venais ? souhaiter de toutes mes forces un mus?e d?histoire naturelle dont la puissance ?vocatrice des sp?cimens r?els soit au service d?un contenu scientifique moderne. Fort heureusement, plusieurs r?novations spectaculaires de mus?es d?histoire naturelle fran?ais entre 1994 et 2014 ont relev? ce d?fi. Mais il reste du chemin ? parcourir. Je ne peux que souhaiter qu?il en soit de m?me pour le Mus?um de Rouen, ainsi que pour certaines galeries du Mus?um national.
La riche r?trospective historique pr?sent?e ici par B?n?dicte Percheron nous montre que l?histoire naturelle en g?n?ral, et le Mus?um de Rouen en particulier ont ?t? des acteurs dans la soci?t? locale sous la Troisi?me R?publique, et dans les d?bats scientifiques de cette ?poque. Pour concevoir comment et pourquoi un m?me lieu peut ?tre ? la fois un sanctuaire du patrimoine d?histoire naturelle, un site de recherche scientifique, un th??tre du d?bat des id?es scientifiques et un instrument politique, il faut retourner aux sources de ce qu?est l?histoire naturelle. ? travers l?histoire de l?histoire naturelle rouennaise, B?n?dicte Percheron nous montre brillamment ? quoi pouvait servir ce type d?institutions, et ? quoi elle sert encore. C?est pourquoi ce travail remarquablement ?rudit ne vaut pas ? mes yeux que parce que j?aime l?histoire naturelle, la Normandie et la ville de Rouen en particulier, mais bien parce qu?? travers cette analyse historique, c?est la f?condit? persistante de l?histoire naturelle, ses r?les scientifique, culturel et social permanents qui sont mis en ?vidence.
L?histoire naturelle : ce qu?elle est
L?histoire naturelle a ?t? - et est toujours - une m?thode d?enqu?te, d?inventaire, de description et de classification du monde naturel, ? tout ce qui est ?, humains compris. ? ses d?buts, il existait une histoire naturelle fixiste au si?cle de Linn? (XVIIIe si?cle). S?ajoutera progressivement ? ces aspects initiaux la prise en compte de l?histoire (au sens moderne du terme) des objets dans le temps long : c?est aujourd?hui la science de l?organisation de la diversit? du r?el, faite d?objets r?sultant d?une histoire particuli?re. L?histoire naturelle ?tudie les choses dans leur diversit?, leur temporalit? et leur historicit?. Elle s?int?resse aux lois, certes, mais surtout ? la singularit? des objets charg?s d?histoire et aux r?gularit?s que donne ? voir la moyenne des singularit?s. Elle s?int?resse au patrimoine naturel commun de l?humanit?, celle-ci incluse. Aujourd?hui, elle s?applique ? tous les niveaux d?organisation de la mati?re, de la min?ralogie et des donn?es g?n?tiques jusqu?aux ?cosyst?mes et aux plan?tes. Elle utilise pour cela les technologies les plus avanc?es et les plus innovantes.
Fait largement ignor? aujourd?hui, y compris par la majorit? des biologistes, l?histoire naturelle proc?de d?une m?thode particuli?re qu?on ne trouve pas ailleurs : l?histoire naturelle op?re par comparaison d?objets, laquelle commence avec trois objets. Objets est ici ? prendre au sens large : outils lithiques, sp?cimens de mus?es, individus biologiques, m?t?orites, cr?nes, artefacts humains, langues, symboles, s?quences d?ADN, etc. Cette comparaison se distingue d?autres comparai sons utilis?es ailleurs en science (par exemple la comparaison d?une situation exp?rimentale avec ses situations t?moins). Dans une situation exp?rimentale classique, les r?actions d?un syst?me d?interactions dans une situation contr?l?e sont compar?es aux r?actions d?un syst?me ?quivalent dans une autre situation et/ou ? un syst?me t?moin. De ces comparaisons d?couleront des d?ductions. Dans une approche par mod?lisation, les pr?dictions du mod?le sont compar?es aux donn?es issues du terrain. En recherche par immersion, l?observateur s?immerge au sein du ph?nom?ne ? expliquer et contribue m?me ? sa modification. Dans ce dernier cas, la comparaison n?est pas vraiment convoqu?e, sauf ? comparer un ?tat ant?rieur ? un ?tat post?rieur. En histoire naturelle, ce sont des objets contemporains qui sont compar?s. Compte tenu du fait que c?est l?histoire qui va rendre compte des diff?rences ou des ressemblances entre les objets, les causes de ces ressemblances ne s?inscrivent pas dans le temps de vie ou dans les processus qui rendent compte de la dynamique de l?objet lui-m?me, mais dans une trame historique d?objets semblables : il s?agit alors de pal?o-?tiologie, ou pal?o-?tiologie. En outre, les objets peuvent ?galement ?tre compar?s en diachronie, par exemple un organisme actuel et un fossile proche. Ce qui explique les objets ne sont donc pas les processus qui pourraient pr?sider ? leur changement individuel, mais une r?trodiction des conditions historiques qui leur ont donn? naissance.
Cette double caract?ristique de comparaison d?objets tourn?e vers un r?gime d?explication historien nourrit et entretient un lien original entre le terrain, le laboratoire de recherche et les collections d?objets et de sp?cimens. C?est pourquoi il existe des collections de r?f?rence dans les mus?es d?histoire naturelle. Chaque objet portant la trace d?une historicit? propre, chaque objet n?ayant exist? qu?une seule fois, il faut en r?f?rencer un certain nombre d?entre eux dans des collections de mani?re ? ce que les noms utilis?s pour d?signer des classes d?objets (par exemple des esp?ces) puissent s?ancrer dans le r?el gr?ce ? un r?f?rentiel porte-nom. Sans quoi, tr?s vite les usages langagiers divergent et on ne sait plus de quoi on parle. Ou bien les organismes ?voluent (organismes ? temps de g?n?ration court) ou disparaissent, et l?on ne sait plus de quoi parlait tel auteur d?il y a deux si?cles.
[...]

Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire > Moyen Age (de 476 à 1492)

  • EAN

    9782373611229

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    710 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb Partage

    6 appareils

  • Poids

    34 247 Ko

  • Distributeur

    Numilog

  • Diffuseur

    Numilog

  • Entrepôt

    Numilog

  • Support principal

    ebook (pdf)

empty