Cinq méditations sur la beauté

À propos

« En ces temps de misères omniprésentes, de violences aveugles, de catastrophes naturelles ou écologiques, parler de la beauté pourrait paraître incongru, inconvenant, voire provocateur. Presque un scandale. Mais en raison de cela même, on voit qu'à l'opposé du mal, la beauté se situe bien à l'autre bout d'une réalité à laquelle nous avons à faire face. (...) Ce qui est en jeu n'est rien de moins que la vérité de la destinée humaine, une destinée qui implique les données fondamentales de notre liberté. » Né en 1929 dans la province de Shandong, François Cheng vit en France depuis 1949. Poète, calligraphe, traducteur en chinois des poètes français - depuis Hugo, Baudelaire jusqu'à Michaux, Char - auteur d'essais remarquables sur la poésie et l'art de la Chine, il a reçu en 1998 le prix Femina pour son premier roman Le Dit de Tianyi publié par Albin Michel et le prix André Malraux du livre d'art pour Shitao : la saveur du monde (Phébus). Il a également reçu le Grand Prix de la Francophonie pour l'ensemble de son oeuvre en 2001, et a été élu à l'Académie française en 2002.

François Cheng

François Cheng est un écrivain, poète, calligraphe chinois, naturalisé français. Élu à l'Académie française en 2002, son oeuvre est couronnée de nombreux prix littéraires, au croisement de la pensée, l'art et la spiritualité.

empty