Meurtre sans série

Traduction ESTELLE FIGON  - Langue d'origine : JAPONAIS

À propos

« Quelle farce ! Ben quoi ? Un meurtre, c'est bien une farce, non ? Cette maison, d'abord, c'est cette maison qui est une vaste farce ! Est-ce qu'on peut vraiment avoir l'air sérieux ici ? Je croyais que c'était un lupanar, mais tu parles ! C'est pire que ça ! » Un écrivain à la mode est assassiné dans la vaste demeure d'un homme politique puissant et fortuné. Ainsi commence Meurtres sans série, roman policier farcesque et décalé, écrit en 1947, dans l'effervescence de l'après-guerre. L'oeuvre se développe sur fond de sexe, d'argent... et de littérature.

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782251901657

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    224 Pages

  • Poids

    2 867 Ko

Ango Sakaguchi

SAKAGUCHI Ango est issu d'une famille de notables de province en déclin. D'abord instituteur, il reprend des études de philosophie et de religion. Il apprend le français, le sanscrit, et décide de se consacrer à l'écriture. Très tôt sensible à la déchéance du Japon dans la période troublée des années 1930, puis de la guerre du Pacifique, il a écrit à ce sujet un essai très célèbre au Japon : La Chute, déjà traduit en français (trad. et notes Y.-M. Allioux, Y. Sasaki et M.ÿYamada, in Cent ans de pensée au Japon, tome I, éditions Philipe Picquier, 1996). Écrivain aussi sulfureux que les personnages qu'il décrit dans son roman, alcoolique, drogué, il mourra précocement peu d'années après la parution de Meurtres sans série. Malgré la prolixité de son oeuvre, il reste relativement méconnu en France et est encore peu traduit (L'Idiote et Je voudrais étreindre la mer, trad. E. de Chavanes, Picquier poche, 1999 ; Sous les fleurs de la forêt de cerisiers, trad. E. de Chavanes, in Anthologie de nouvelles japonaises contemporaines II, Gallimard, 1989).

empty