Magie de la ressemblance ; essai sur l'art

À propos

Quel est le rapport entre une carafe et une carafe de Chardin ? Entre un arbre et un arbre de Claude Lorrain ? N'est-ce pas là le grand mystère de l'art ? Par la magie de la ressemblance, l'artiste figuratif n'offre pas une reproduction du visible mais un aperçu de l'invisible, d'un monde à la fois reconnaissable et profondément différent. La plus exacte ressemblance transforme ainsi la réalité en une fiction provisoire, attirante et inatteignable. Michael Edwards étudie cette aspiration des artistes à une transcendance, non pas dans une réalité imaginaire mais dans la réalité connue, dans l'oeuvre d'artistes célèbres : Claude Lorrain, Chardin, Blake, Turner, mais présente aussi au lecteur le peintre anglais Stanley Spencer, le sculpteur américain Greg Wyatt, ainsi que deux artistes contemporains insuffisamment reconnus, Claude Garache et Pascale Hémery.

Rayons : Arts et spectacles > Peinture / Arts graphiques > Histoire de la peinture

  • EAN

    9782130822172

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    224 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Distributeur

    Immatériel

  • Diffuseur

    Immatériel

  • Entrepôt

    immatériel.fr

  • Support principal

    ebook (ePub)

Michael Edwards

Depuis l'enfance, Michaël Edward a toujours imaginé des histoires, plus attiré par les aventures dans son monde que par la réalité. C'est à l'âge de quatorze ans que l'envie lui prend de poser certaines de ces histoires par écrit. Progressivement, il développe sa capacité à écrire, conseillé par son professeur de français, mais ce n'est qu'en arrivant à l'université qu'il commence à produire des romans de plusieurs centaines de pages. Au même moment, on lui présente une professionnelle de l'édition qui se penche sur ces textes pour lui donner d'autres conseils. Très vite, il lui vient l'envie de s'attaquer au fantastique, bercé comme d'autres par les grands classiques du genre.
Après un premier roman qui ne trouve éco chez aucun éditeur, il en écrit un nouveau durant l'été 2010, immédiatement suivi par « Les douze et la prison de l'oracle » qu'il rédige durant sa dernière année d'université. L'année suivante, il part quelques mois en Angleterre, ce qui lui permet de confronter les idées de l'histoire à la réalité des rencontres qu'il y fait et d'améliorer le roman. Au retour, le bouche à oreille le conduit jusqu'à 7 écrit qui accepte cette histoire.

empty