Le Mariage de Figaro (édition avec dossier ; présentation Elisabeth Mavezzi)

À propos

Oubliant les nombreux services que son valet Figaro lui a rendus dans Le Barbier de Séville, le comte Almaviva tente de lui dérober sa fiancée Suzanne. Grâce à l'ingéniosité de celle-ci et avec l'aide de la comtesse, Figaro pourra-t-il enfin épouser celle qu'il aime ?

Deuxième volet de la trilogie théâtrale de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro, selon le mot de Bonaparte, « c'est déjà la Révolution en action ». Dénonciation des abus de la noblesse, contestation du privilège de la naissance, satire de la justice : à bien des égards, cette pièce écrite en 1778 est révolutionnaire avant l'heure. Mais « la folle journée », pleine de rebondissements et de quiproquos, de chansons, de tableaux vivants et de morceaux de bravoure, est avant tout le chef-d'oeuvre d'un dramaturge virtuose.

Dossier :
1. La Première du Mariage
2. De la parade au drame
3. L'évolution des tons dans la trilogie
4. Beaumarchais scénographe
5. La comédie du valet
6. Révolution et figaromania.


Rayons : Littérature > Théâtre


  • Auteur(s)

    Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais

  • Éditeur

    Flammarion

  • Distributeur

    Flammarion

  • Date de parution

    21/08/2019

  • Collection

    GF

  • EAN

    9782081501379

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    290 Pages

  • Action copier/coller

    Non

  • Action imprimer

    Non

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb Partage

    6 appareils

  • Poids

    1 331 Ko

  • Diffuseur

    Flammarion

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (pdf)

  • Version ePub

Aucune information sur l'accessibilité n'est disponible

Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais

Pierre Augustin Caron (Paris, 1732-1799) a eu une existence pour le moins mouvementé, tour à tour apprenti horloger, contrôleur de la Maison du Roi, professeur de musique, espion, dramaturge... Après son premier mariage, il deviendra Pierre Augustin Caron de Beaumarchais, d'après le nom d'une terre que possédait sa femme. Malgré son ascension sociale il ne sera jamais véritablement accepté en tant que noble. Il a légué à la postérité deux chefs-d'œuvre théâtraux, le Barbier de Séville (1775) et Le Mariage de Figaro (1778), commandé par la Cour et la ville. Le Mariage de Figaro ne sera joué qu'en 1784, le Roi jugeant sa représentation (finalement triomphale) dangereuse. Ces deux pièces majeures du répertoire français connurent un écho particulier par l'entremise de Mozart et de Rossini.

empty