Correspondance

À propos

Marcel Proust fut un correspondant maniaque. Dès l´enfance, puis dans le monde, à l´époque du Santeuil et de Ruskin, pendant la genèse du Contre Sainte-Beuve et de la Recherche, au coeur même de la Grande Guerre, jusqu´à sa mort en 1922, sans trêve, il a écrit : à ses proches, à sa famille, à ses amis, aux défenseurs de ses livres, à ses ennemis et aux indifférents, à toute une foule d´experts de choses d´art et d´amour, de coquetterie et de finance...
Les milliers de lettres qu´il a laissées traitent des sujets les plus variés - souvenirs et confidences intimes, impressions de lectures, négociations avec les éditeurs, commentaires de l´actualité politique ; elles contiennent aussi, à l´état d´esquisses, nombre d´épisodes et de motifs qui alimentent la Recherche.

Cette édition rassemble une centaine de lettres écrites par Proust de l´âge de quinze ans à ses derniers jours ; par la diversité du ton, des formes et des postures qu´il y adopte, elles offrent un éclairage irremplaçable sur celui qui, à l´en croire, était moins écrivain qu´ « écriveur ».

Rayons : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

  • EAN

    9782081234338

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    386 Pages

  • Action copier/coller

    Non

  • Action imprimer

    Non

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb Partage

    6 appareils

  • Poids

    1 505 Ko

  • Distributeur

    Flammarion

  • Diffuseur

    Flammarion

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (ePub)

Marcel Proust

1871-1922 - Fils d'un médecin réputé, Marcel Proust naît à Paris dans une famille fortunée qui lui assure une vie facile et lui permet de fréquenter les salons mondains.
Après des études au lycée Condorcet, il devance l'appel sous les drapeaux. Rendu à la vie civile, il suit à l'Ecole des Sciences politiques les cours d'Albert Sorel et de Leroy-Beaulieu ; à la Sorbonne ceux de Begson dont l'influence sur son oeuvre sera majeure.
Vers 1900, il part à Venise et se consacre à des questions d'esthétique. Il publie une traduction du critique d'art anglais Ruskin (1904) dont les conceptions le marqueront. Après la mort de ses parents, sa santé se détériore. Il vit en reclus et s'épuise au travail. En 1919, il reçoit le prix Goncourt pour "A l'ombre des jeunes filles en fleurs". Trois ans plus tard, une bronchite l'emporte.

empty