Le pont international

À propos

'Antonio Haedo est un vieux monsieur maintenant. C'est pourquoi il est temps qu'il en témoigne, qu'il dise les choses telles qu'il les voit. Qu'il parle de ce qu'il porte comme un souffle. Il ne saurait pas le dire au juste ; ça tourne autour de l'Uruguay de sa jeunesse et spécialement de Fray Bentos où il passait ses étés avec sa famille. Étant dotée d'un port, la ville accueillait de larges bateaux sur la rive gauche du fleuve Uruguay qui sépare l'Uruguay de l'Argentine. Plus qu'un souvenir, c'est un sentiment qu'il éprouve ; il se précise lorsqu'il parcourt des photographies, relit des livres, voit des cours d'eau s'enfuir à travers la vitre d'un train. Il aperçoit alors d'autres paysages, des scènes, des visages. Antonio n'est pas certain de vouloir y revenir, mais le sentiment est près de lui, même quand il ne lui montre rien. Depuis longtemps, il attend un son, une lumière qui surgirait des photographies, des objets, des livres. Mais ce qu'il attend, il le sait, est déjà arrivé. Il est en vie grâce à ce sentiment qui l'habite, et l'exonère du temps. Lorsqu'il croit qu'il s'est dissipé, il le retrouve en effleurant des yeux le mystère des choses.'

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782072448768

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    178 Pages

  • Action copier/coller

    Non

  • Action imprimer

    Non

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb Partage

    6 appareils

  • Poids

    440 Ko

  • Distributeur

    Gallimard

  • Support principal

    ebook (ePub)

Silvia Baron Supervielle

Silvia Baron Supervielle est née à Buenos Aires, où elle commence à écrire en espagnol. En 1961, elle arrive à Paris. Après quelques années de silence, elle reprend ses écrits en français. Elle aime à se dire un écrivain du Rio de la Plata converti à la langue française. Elle a publié une quinzaine de titres - poèmes, essais ou récits - chez différents éditeurs, et a traduit notamment Borges, Silvina Ocampo, Arnaldo Colveyra vers le français, et Marguerite Yourcenar vers l'espagnol.

empty