Journal d'une saison sans mémoire

À propos

Ce nouveau livre de Silvia Baron Supervielle est ´r la fois un prolongement de son dernier ouvrage et un départ vers d'autres territoires. Le passage d'une langue ´r une autre, l'Argentine, la figure maternelle et la religion sont quelques-uns des thcmes creusés et approfondis par l'auteur de livre en livre. Mais ici, la poétesse et essayiste s'astreint ´r une contrainte formelle trcs forte, celle du journal, et surtout : elle s'oblige ´r exclure de son champ d'écriture tout ce qui relcve du passé. Cette contrainte de l'écriture au présent est bien plus qu'un jeu intellectuel ou un exercice de style, car elle pousse Silvia Baron Supervielle ´r s'interroger sur le rôle que joue le passé dans notre quotidien donc dans notre présent et dans toutes nos constructions mentales. Bannir le passé de toutes ses réflexions, observations et émotions permet ´r l'auteur d'avancer dans une sorte d'urgence du 'maintenant' qui produit de trcs beaux moments d'écriture. Son travail littéraire, ses traductions, ses lectures de Gracq, Barthes, Borges (entre autres), ses voyages en Bretagne ou encore ses promenades dans Paris forment la grille de ce présent que l'auteur s'impose. La nature de Dieu, la volonté de se perdre pour vivre autrement, et les blessures de l'amour sont d'autres questions abordées dans un texte souvent méditatif, toujours cohérent, sensible et émouvant. Journal d'une saison sans mémoire est un texte riche et dense, d'une grande poésie. Silvia Baron Supervielle poursuit ici son uvre avec beaucoup de bonheur.

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782072025686

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    259 Pages

  • Action copier/coller

    Non

  • Action imprimer

    Non

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb Partage

    6 appareils

  • Poids

    491 Ko

  • Distributeur

    Gallimard

  • Support principal

    ebook (ePub)

Silvia Baron Supervielle

Silvia Baron Supervielle est née à Buenos Aires, où elle commence à écrire en espagnol. En 1961, elle arrive à Paris. Après quelques années de silence, elle reprend ses écrits en français. Elle aime à se dire un écrivain du Rio de la Plata converti à la langue française. Elle a publié une quinzaine de titres - poèmes, essais ou récits - chez différents éditeurs, et a traduit notamment Borges, Silvina Ocampo, Arnaldo Colveyra vers le français, et Marguerite Yourcenar vers l'espagnol.

empty