Offrir cet ebook
Nul n'est prophète en son pays ; ces paroles d'Evangiles aux origines de nos formules familières

Les mots clés

Christianisme

Nul n'est prophète en son pays ; ces paroles d'Evangiles aux origines de nos formules familières

À propos

" Nul n'est prophète en son pays ", " Semer la zizanie ", " L'homme ne vit pas que de pain ", " Porter au pinacle ", " Rendre à César ", etc. : comme monsieur Jourdain faisait de la prose, nous citons les Évangiles sans le savoir. En presque 2 000 ans d'histoire du christianisme, ces textes ont imprégné notre culture : on y trouve de multiples aphorismes et sentences qui sont devenus des expressions courantes. Ces paroles vives, voire provocatrices, qu'on attribue pour la plupart à Jésus, se sont banalisées, et leur sens religieux est aujourd'hui imperceptible.
En honnête homme amoureux des textes bibliques, Denis Moreau a choisi une centaine de ces locutions et leur redonne leur saveur première. Restituant le contexte où elles ont été prononcées selon un ordre qui rend compte du récit évangélique, il explique leur sens et leur portée, et retrace, non sans humour, les multiples échos qu'elles ont trouvés au cours des siècles.
Une façon à la fois distrayante et profonde de redécouvrir les Évangiles sous un jour inattendu, ou de s'y initier.

Rayons : Religion & Esotérisme > Christianisme > Christianisme généralités > Faits de société / Actualité

  • EAN

    9782021435276

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    288 Pages

  • Action copier/coller

    Non

  • Action imprimer

    Non

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb Partage

    6 appareils

  • Poids

    2 713 Ko

  • Distributeur

    Média Diffusion

  • Support principal

    ebook (ePub)

Denis Moreau

Denis Moreau est philosophe, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, agrégé de philosophie. Il enseigne à l'Université de Nantes. Spécialiste de Descartes, il a dirigé un Dictionnaire des monothéismes (Le Seuil) et publié plusieurs ouvrages dont Les voies du Salut (Bayard, 2010).

empty